Plus d’un siècle plus tard, la baleine géante fait son retour en force…

La rédaction
La rédaction
Durée de lecture : 3 minutes
Plus d'un siècle plus tard, la baleine géante fait son retour en force...
Plus d'un siècle plus tard, la baleine géante fait son retour en force... !-© iStock

Ce géant gris-bleu de retour en Argentine après plusieurs décennies de déclin.! Plus de détails sur cette baleine de 45 tonnes.

publicité

Plus d’un siècle plus tard, la baleine géante fait son retour en force…

100 ans après avoir déserté les côtes argentines, la 3ème plus grande espèce de baleine au monde est de retour au large de la Patagonie.

« Ils ont disparu parce qu’on les chassait, ils ne sont pas éteints mais leur nombre a tellement été réduit que personne ne les a vus », faisait allusion Mariano Coscarella, biologiste et chercheur en écosystèmes marins, au rorqual boréal, ce géant gris-bleu d’environ 20 mètres.

Pourquoi cette apparition tardive ?

Cette apparition surprise « serait un effet tardif de la réglementation de la pêche industrielle à la baleine ».

publicité

« Les baleines se reproduisent tous les deux ou trois ans et il a donc fallu près de 100 ans pour qu’elles soient suffisamment nombreuses pour que l’on se rende compte de leur présence. », poursuit le biologiste et chercheur en écosystèmes marins au sein du Conseil national argentin de la recherche scientifique et technique (Conicet).

« D’après la taille et les observations comportementales, nous avons une bonne présence d’animaux juvéniles, mais nous ne voyons ni bébés ni reproduction, poursuit Mariano Coscarella. Nous supposons qu’il s’agit plutôt d’une zone d’alimentation pour le rorqual boréal (Balaenoptera borealis) », ajoute l’expert.

Cette espèce se nourrit de homards, de certains poissons ainsi que de très petits crustacés.

Un potentiel commercial, notamment touristique…

En avril dernier, souligne le site reporterre.net, l’équipe du Conicet a fait placer des traceurs satellites sur des rorquals boréals en vue de cartographier leur migration.

La présence de ces spécimens de rorquals boréals peut avoir un potentiel touristique.

« Lorsque nous avons commencé à avoir le nombre et la fréquence des apparitions, nous avons pensé qu’il pourrait y avoir un intérêt à développer l’observation commerciale des baleines, indique le scientifique du CESIMAR.

Jusqu’à 50 000 spécimens dans le monde selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)

« Dans la zone où ce n’est pas encore autorisé, l’une des choses que nous devons évaluer dans les saisons à venir est la réaction des animaux aux bateaux. Nous savons déjà comment l’approcher et il a un grand potentiel d’observation. Ce n’est pas le même produit que pour la baleine franche australe, mais un nouveau site d’observation peut être développé dans la province », explique Coscarella.

Le rorqual boréal est considérée comme étant une espèce protégée, dont la population totale oscillerait entre 10 000 et 50 000 individus.

publicité
Partager cet article
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *