Mars : le rover Curiosity sur la piste d’une rivière perdue, vers une découverte majeure sur la planète rouge ?

La rédaction
La rédaction
Durée de lecture : 4 minutes
Mars : le rover Curiosity sur la piste d'une rivière perdue, vers une découverte majeure sur la planète rouge ?
© Mars : le rover Curiosity sur la piste d'une rivière perdue, vers une découverte majeure sur la planète rouge ?

Une rivière ancienne martienne découverte par des chercheurs anglais après analyse minutieuse des photos de Curiosity. Décryptage.

publicité

Cette découverte sur la planète rouge qui fait polémique…

La planète rouge aurait été jadis recouvert d’eau. Cela sous-entend que la planète Mars est potentiellement habitable. Une étude de l‘Imperial College de Londres nous en dit plus sur l’histoire climatique martienne.

Les chercheurs ont en effet découvert des indices laissant entendre que « l’eau était présente en abondance dans le cratère Gale » et ce, « bien plus tard » qu’on ne l’imaginait auparavant.

Avant de devenir ce désert aride qu’elle est aujourd’hui, Mars aurait été longée par un gigantesque bassin de 154 kilomètres de diamètre juste au sud de l’équateur martien, le fameux cratère Gale, il y a environ 3,5 milliards d’années.

publicité

Des lacs et des rivières s’étendait sur une grande partie de la planète. Cette découverte provient notamment de l’analyse des données et des images du rover Curiosity de la NASA.

Les chercheurs anglais très optimistes sur la présence de cette eau…

Ils ont particulièrement porté leur attention sur des couches déformées du grès désertique. Ces déformations, précisent-ils, ne s’expliquent que par la présence d’eau.

La question est de savoir si cette eau était liquide sous pression, gelée ou sous forme de saumure salée.

« Quelle que soit l’hypothèse retenue », assure le Dr Banham, « l’eau est le dénominateur commun derrière chacune de ces manières possibles de déformer le grès. »

« La plupart des scientifiques s’accordent pour dire que la majorité de l’eau de surface sur Mars a disparu vers le milieu de la période Hespérien, il y a environ 3 milliards d’années », rappelle le chercheur.

Mais cette nouvelle découverte suggèrent que l’eau était encore beaucoup plus abondante sous la surface, « près de la surface martienne, vers la fin de l’Hespérien ».

Si jusque-là « aucun signe de vie » n’a été détecté sur la planète rouge, les chercheurs estiment que la vie, si elle existe sur Mars, est susceptible d’être plus simple que la vie sur Terre.

Les scientifiques évoquent principalement des « formes de vie primitives, soit des molécules capables de s’autorépliquer ».

Mars : le rover Curiosity sur la piste d’une rivière perdue, vers une découverte majeure sur la planète rouge ?

Le mois dernier, le rover Curiosity a suivi la piste de Gediz Vallis, un canal qu’il estime être le fossile d’une ancienne rivière martienne.

Parvenu sur le côté nord de Pinnacle Ridge, soit la paroi rocheuse qui surplombe Gediz Vallis, Curiosity a fait demi-tour car selon les scientifiques, « le côté sud de la crête s’est avéré navigable ».

Cette décision pourrait indiquer laisser derrière eux, l’occasion d’en apprendre plus sur l’ancienne eau courante martienne.

« Nous avons beaucoup parlé de la façon dont les roches que nous pouvions voir de notre emplacement actuel se comparaient aux roches que nous avions déjà étudiées du côté nord », déclarait Abigail Fraeman, géologue planétaire au JPL.

« Nous sommes arrivés avec une toute nouvelle vue martienne à admirer « 

Après ce moment de doute, les scientifiques ont décidé de poursuivre l’ exploration de la voie de Gediz Vallis.

« J’aime vraiment les journées d’opérations comme aujourd’hui. Nous sommes arrivés ce matin avec une toute nouvelle vue martienne à admirer, puis nous avons dû travailler ensemble en équipe pour prendre une décision rapide sur ce qu’il fallait faire ensuite », ajoute Fraeman.

publicité
Partager cet article
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *