Travail dissimulé : l’Auvergne met le paquet avec 2,8 millions d’euros de cotisations redressées

La rédaction
La rédaction
Durée de lecture : 3 minutes
Travail dissimulé : l'Auvergne met le paquet avec 2,8 millions d'euros de cotisations redressées
Travail dissimulé : l'Auvergne met le paquet avec 2,8 millions d'euros de cotisations redressées !-© iStock

En une décennie, le réseau des Urssaf a quasiment multiplié par trois le montant annuel des redressements réalisés. Pour la toute première fois, celui-ci dépasse le milliard d’euros en 2023. Le chiffre a atteint plus précisemment le 1,2 milliard contre seulement 321 millions en 2013.

publicité

Jamais la lutte contre le travail noir n’avait amené à de tels chiffres !

Comme rapporté par nos confrères du Progrès, les montants comptabilisés ont beaucoup augmenté par rapport à 2022 (788,1 millions d’euros, + 49 %).

 Lutter contre la fraude, c’est assurer le bon financement de notre système de protection sociale. Cela permet de garantir les droits des salariés et de rétablir une saine concurrence entre les entreprises au regard des cotisations dues , Précise Damien Ientile, le nouveau directeur général de l’Urssaf.

Travail dissimulé : l’Auvergne met le paquet avec 2,8 millions d’euros de cotisations redressées

L’Urssaf Auvergne a grandement participé à cette amélioration continue des performances du réseau, avec à son actif, « 2,8 millions d’euros de cotisations redressées » pour « plus de 541 actions contre le travail dissimulé en Auvergne », soit en détail « l’équivalent de 717 950 vaccins contre la grippe, 1 167 accouchements, 159 545 consultations chez le médecin généraliste ou encore 6 700 d’allocations de rentrée scolaire ».

publicité

Les actions de prévention englobent jusqu’à « 86 % des actions globales ». Elles visent principalement les secteurs les plus concernés par la fraude, dont ceux de la construction, du commerce ou de l’hôtellerie/restauration.

22,6 millions d’euros pour l’Urssaf en Centre-Val de Loire.

Jamais encore la lutte contre le travail dissimulé n’a été aussi payante. 22,6 millions d’euros ont été engrangés par l’Urssaf en Centre-Val de Loire, un « montant en progression de plus de 75% », précise France Bleu.

« On a un meilleur ciblage des contrôles, avec le data mining. C’est un algorithme qui va permettre de se concentrer sur les entreprises à plus fort risque de fraude« , souligne Aurélie Filliard-Henlé, directrice adjointe de l’Urssaf Centre-Val de Loire.

« On a également un net accroissement des ressources consacrées à la lutte contre le travail dissimulé avec le recrutement et la formation de nouveaux inspecteurs et contrôleurs. »

Plus de 8 millions d’euros pour le Limousin.

Pour le Limousin, « le montant des redressements pour travail illégal est à hauteur de plus de 8 millions 700.000 euros pour ses trois départements (Haute-Vienne, Corrèze et Creuse).

« Nous avons observé que les entreprises qui fraudent sont structurées. Elles ont pensé et optimisé leurs cotisations sociales. Elles ont massivement recours à la dissimulation d’heures de leurs ouvriers », précise le directeur adjoint de l’Urssaf, Benoît Bost. Les 3/4 des cotisations redressées proviennent du secteur de la construction.

publicité
Partager cet article
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *