Sommeil et Sport : l’exercice en soirée, bonne ou mauvaise idée ? N’empêche-t-il pas de bien dormir ?

La rédaction
La rédaction
Durée de lecture : 3 minutes
Sommeil et Sport : l'exercice en soirée, bonne ou mauvaise idée ? N'empêche-t-il pas de bien dormir ?
Sommeil et Sport : l'exercice en soirée, bonne ou mauvaise idée ? N'empêche-t-il pas de bien dormir ?-© iStock

Découvrez si faire du sport en soirée affecte réellement votre sommeil. Deux chercheurs se sont penchés sur la question. Leur article a été publié fin janvier dans la revue scientifique « Frontiers ». L’équipe rédactionnelle de cafebabel.fr vous décrypte tout dans les prochaines lignes de ce nouvel article.

publicité

Sommeil et Sport : l’exercice en soirée, bonne ou mauvaise idée ? N’empêche-t-il pas de bien dormir ?

Beaucoup se mettent à l’activité physique en soirée, faute de temps. Mais la question se pose si cette pratique tardive n’est pas sans conséquence délétère sur son dodo.

Des chercheurs en physiologie du sommeil de l’université et du CHU de Caen ont évalué la qualité et la quantité de sommeil chez des jeunes étudiants en sciences et techniques des activités physiques et sportives en les soumettant à un test d’endurance et à un test résistance une heure avant le coucher, durant une trentaine de minutes.

« Les exercices ont entraîné une quantité et une qualité de sommeil dégradée. »

Les résultats de l’étude révèlent que l’exercice physique en soirée pourrait perturber le sommeil en provoquant un niveau d’éveil neurophysiologique élevé.

publicité

« Les exercices ont entraîné une quantité et une qualité de sommeil dégradée. Mais il n’y a pas d’effets délétères sur la structure du sommeil. », Révèle l’étude.

Les deux types d’exercice ont engendré des effets distincts. Et pour cause : « Après celui d’endurance, on note un taux de cortisol plus important, une activité électrique du cerveau plus importante qui suggère une hyperexcitation », précise encore Nicolas Bessot, enseignant chercheur à l’université de Caen (Calvados) et Joy Perrier, chercheuse post-doctorante à l’unité Inserm-Ephe-Unicaen Neuropsychologie et imagerie de la mémoire humaine, et spécialiste du sommeil.

Celui en résistance est lié à une diminution de l’activité cérébrale et à des niveaux de cortisol réduits.

« Ces résultats confirment les avertissements d’éviter l’activité physique tard en soirée »

« Ces résultats apportent un éclairage précieux sur les effets physiologiques des exercices physiques réalisés en soirée et confirment les avertissements d’éviter si possible l’activité physique tard en soirée et moins de 2 h avant le coucher », ajoute Joy Perrier.

Que faut-il alors retenir de cette nouvelle étude ? Le point sur les recommandations des chercheurs.

Néanmoins, concluent les deux chercheurs, « vu les bénéfices connus du sport, il vaut mieux en faire, même tardivement, que de ne pas en faire du tout. Mais, réitèrent-ils, quand c’est possible, il est préférable d’éviter de caler sa séance moins de deux heures avant le coucher. »

publicité
Partager cet article