« Je n’existe plus… » : Gérard Hernandez (Scènes de ménages) toujours au plus mal depuis la mort de Marion Game

La rédaction
La rédaction
Durée de lecture : 5 minutes
Je n’existe plus… : Gérard Hernandez (Scènes de ménages) toujours au plus mal depuis la mort de Marion Game
« Je n’existe plus… » : Gérard Hernandez (Scènes de ménages) toujours au plus mal depuis la mort de Marion Game !-© Bestimage

Gérard Hernandez au plus mal depuis la mort de Marion Game, sa partenaire à l’écran dans Scènes de ménages sur M6. Retour sur les tristes confidences de l’acteur. L’équipe rédactionnelle de cafebabel.fr vous dit tout dans les prochaines lignes de cet article.

publicité

« Ce n’était pas possible d’abandonner »

Cette 15ème saison de la série à sketchs de la Six n’a pas été comme toutes les autres saisons pour le comédien de 90 ans en ce que celle-ci est marquée par la disparition de l’interprète de Huguette, en mars dernier.

Après une hésitation, Gérard Hernandez a finalement accepté de redevenir Raymond, le retraité bougon adulé des téléspectateurs de M6.

« J’aurais trouvé cela d’une lâcheté rare, ce n’était pas possible d’abandonner. Cette équipe est une véritable famille. Et vous savez, elle n’aurait pas aimé que j’arrête la série, ma petite Huguette. Il ne faut pas lâcher la rampe, il faut continuer à se bagarrer », confiait-il au magazine Télé Poche.

publicité

Marion Game malade d’Alzheimer?

L’irremplaçable Huguette est comme révélée par sa fille aînée Virginie Ledieu « morte de vieillesse ». C’est à son domicile en région parisienne que la comédienne de 84 ans a rendu son dernier souffle.

Plusieurs mois avant son décès, Marion Game était déjà très fatiguée. C’est la raison même pour laquelle l’octogénaire avait décidé de ne pas participer au tournage d’un prime spécial de Scènes de ménages en Corse.

Des rumeurs suggéraient qu’elle avait été atteinte d’Alzheimer, mais Gérard Hernandez avait tenu à rétablir la vérité.

« C’est faux, archi-faux, mettait-il les pendules à l’heure. Je connais Marion depuis plus de 50 ans, c’est ma partenaire depuis 11 ans, je la connais mieux que je ne me connais moi-même, il est évident que nous ne sommes pas aussi frais qu’il y a 50 ans, il est évident que nous avons un peu plus de mal à apprendre nos textes… mais de là à dire ça c’est effrayant, je suis outré, outré, outré », poursuivait le principal intéressé.

« Je n’existe plus » !

Invité dans le podcastDhombres et de lumières” du magazine « Télé-Loisirs », conduit par Isabelle Dhombres, le nonagénaire s’est une fois de plus épanché sur la disparition de sa complice à l’écran depuis 2009.

Huit mois déjà… Et Gérard Hernandez n’a toujours pas fait son deuil. “Elle me manque beaucoup”, admettait-il. Il pensait ne plus faire partie de l’aventure. “Je suis une exception dans ce système de Scènes de ménages qui est un binôme, reconnaît-il. Je n’ai plus de binôme ».

La production ne pouvait certainement pas se débarrasser de lui, sachant à quel point les téléspectateurs chérissaient le duo qu’il formait à l’écran avec Marion Game.

Pour l’interprète de Raymond, « Si elle n’est plus là, je n’existe plus« . » En haut lieu, ajoute-t-il, mon ami Nicolas (le président du directoire de M6) m’a dit « tu restes, tu restes, on va se débrouiller ». »

« Je n’existe plus… » : Gérard Hernandez (Scènes de ménages) toujours au plus mal depuis la mort de Marion Game

« C’est très délicat, faisait-il allusion au tournage qui se fait désormais sans sa Huguette. Je ne sais pas quoi penser, vraiment, je ne sais pas…« , concède-t-il dans Dhombres et de lumière.

« Je sais que quand je vais retrouver notre décor, ça me fait quelque chose parce que ça n’a pas été un mariage d’amour entre nous, mais on s’aimait quand même.(…) Moi je l’engueulais, elle m’énervait, mais il y avait un truc. Elle m’adorait. Plus je l’engueulais, plus elle m’aimait ! », révèle Gérard Hernandez avant de rendre hommage à l’actrice française :

« Professionnellement, ça a marché, vous voyez, c’était une comédienne qui était d’une justesse rare, avec des défauts comme tout le monde mais d’une justesse… Moi, elle me manque. Elle me manque beaucoup.« 

publicité
Partager cet article