La précarité énergétique : 5 aides de l’Etat pour lutter contre ce fléau

La rédaction
La rédaction
Durée de lecture : 3 minutes
La précarité énergétique : 5 aides de l'Etat pour lutter contre ce fléau
La précarité énergétique : 5 aides de l'Etat pour lutter contre ce fléau !-© Shutterstock

Ces coups de pouce de l’Etat pour réduire la précarité énergétique en France. On vous fait le point sur la question dans les prochaines lignes de ce nouvel article.

publicité

Qu’entend-on par « situation de précarité énergétique » ?

« Est en situation de précarité énergétique […] une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat », énonce la loi Grenelle 2.

Deux leviers d’actions.

Comme précisé sur le site du ministère de la Transition Écologique et de la Cohésion des Territoires, « les leviers d’actions » pour lutter contre ce fléau « sont de deux ordres : traiter les causes en agissant sur la consommation, au travers de la performance énergétique des logements ; et proposer une aide au paiement de la facture énergétique pour les ménages en situation de précarité, notamment avec le chèque énergie », peut-on y lire.

Un chèque énergie qui va jusqu’à 277 euros par an pour quelque 6 millions de foyers.

En 2023, près de 6 millions de ménages bénéficient du chèque énergie classique. D’un montant moyen de 149 euros, cette aide peut atteindre jusqu’à 277 euros par an. Il est attribué selon le niveau de revenus de l’ensemble du foyer et de sa composition.

publicité

« Il est envoyé automatiquement par voie postale au domicile des bénéficiaires, chaque année, au printemps. Il suffit d’avoir effectué sa déclaration de revenus auprès des services fiscaux l’année précédente », précise le site.

La précarité énergétique : 5 aides de l’Etat pour lutter contre ce fléau

Le chèque énergie soutient notamment les ménages à revenus modestes pour régler les dépenses d’énergie de leur habitation et s’ils le souhaitent, financer certains travaux de rénovation énergétique. Rendez-vous sur le site dédié www.chequeenergie.gouv.fr pour plus de détails.

Les aides à la rénovation énergétique des logements visent quant à elles, à diminuer les consommations des ménages modestes « grâce à la réalisation d’opérations d’économies d’énergie« .

Parmi elles, il y a le programme « Habiter Mieux » porté par l’Agence nationale de l’habitat (Anah).

En complément, il est également possible de profiter du crédit d’impôt transition énergétique (CITE), écoprêts à taux zéro (eco-PTZ), et d’autres subventions accordées par les collectivités locales.

Sans omettre les certificats d’économies d’énergie (CEE), « l’un des principaux instruments de la politique de maîtrise de la demande énergétique« .

Cette obligation qui consiste en la mise en œuvre d’actions d’économies d’énergie au bénéfice de ménages dont le revenu est inférieur à un plafond s’impose aux fournisseurs d’énergie (carburants, électricité, gaz, fioul…). « Ces actions au profit des plus modestes sont encouragées par un système de bonification ».

publicité
Partager cet article