JO de Paris 2024 : encore 8 000 postes restent à pourvoir pour boucler le dispositif de sécurité

La rédaction
La rédaction
Durée de lecture : 4 minutes
JO de Paris 2024 : encore 8 000 postes restent à pourvoir pour boucler le dispositif de sécurité
JO de Paris 2024 : encore 8 000 postes restent à pourvoir pour boucler le dispositif de sécurité !-© iStock

A deux mois du début des JO Paris 2024, « il manque encore » d’agents pour boucler le dispositif de sécurité. L’équipe rédactionnelle de CafeBagdad vous donne plus de détails dans les prochaines lignes de ce nouvel article.

publicité

« Plus de 50% » des sociétés attributaires « sont à 100 % de leurs recrutements ».

La direction de Paris 2024 a certes, « attribué 98 % des marchés », cela ne veut pas forcément dire qu’elle a pour autant « l’assurance de disposer de la même proportion des effectifs qui lui seront nécessaires cet été – soit 20 000 en moyenne par jour, avec des pics à 22 000« , peut-on lire dans les colonnes du journal Le Monde.

Comme indiqué auprès de tf1info par Marc Guillaume, le préfet de la région Ile-de-France, « plus de la moitié » des entreprises attributaires « sont à 100 % de leurs recrutements ».

JO de Paris 2024 : encore 8 000 postes restent à pourvoir pour boucler le dispositif de sécurité

La ministre des sports et des JOP, Amélie Oudéa-Castéra, avait d’ores et déjà fait savoir mi-avril qu’il y avait « besoin encore de 8 000 à 9 000 recrutements ».

publicité

Afin de « sécuriser les recrutements », le gouvernement s’est d’ailleurs engagé à mettre sur pied « un plan de soutien à la filière de la sécurité privée » par le biais de France Travail.

Il s’agit d’un « programme de démarchage des demandeurs d’emploi – mais également des étudiants –, avec des formations spécifiques aux métiers de la sécurité« , peut-on lire dans les colonnes du journal Le Monde.

« On est à plus de 20 000 personnes en formation et 12 000 ont été embauchées », chiffre Marc Guillaume. « Il en manque encore un petit peu, il nous reste soixante-dix-neuf jours. On sera dans les temps », assurait-il.

Des objectifs de recrutement en hausse.

Ces objectifs de formation et de recrutement, expliquait Mme Oudéa-Castéra, avaient même été revus à la hausse en vue d’anticiper les éventuels défauts de présentation des agents de sécurité sur leur lieu de travail.

Au plan national, « 28 000 entrées en formation et 20 000 recrutements » ont été prévus au programme.

Le gouvernement entend tout prendre en main en cas de défaillance du Cojop, les polices et gendarmes pourraient être mobilisés

Si le Cojop ne parviendra pas à atteindre « les effectifs adéquats », l’Etat n’exclut pas la possibilité de prendre le contrôle de la « partie sécurisation de la cérémonie d’ouverture » (qui théoriquement revient aux organisateurs, NDLR).

Si besoin, il a même été évoqué que les « policiers et gendarmes pourraient remplacer les agents de sécurité privée sur les quais bas de la Seine ».

Comme précisé dans les colonnes du Monde, « 104 000 des 326 000 spectateurs » y sont attendus le 26 juillet.

publicité
Partager cet article
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *