Who the fuck are you, The Popopopops ?

Article publié le 22 mai 2012
Article publié le 22 mai 2012

Ils étaient minces, ils étaient beaux : ils sentaient bon le sable chaud. Des crypto-hipsters plein de saveurs, dans leur musique comme dans leur style. Jeunes et rasés de près, leur son évoque l’insouciance, le plaisir, la candeur. Loin de l’appât du gain et des soirées fumeuses, seul leur nom renvoyait à quelque-chose de coquin : The Popopopops est en réalité un hommage à l’un des plus groupes de rap français, NTM. Malheureusement, ici, c’est encore le gonzo -roumain qui « Nique Ta Mère ». Quand nos jeunes godelureaux voient une marque de respect aux anciens, le vil Tataru entend un bégaiement. Alors, dans les arcanes d’un obscur rade de Paris, l’affreux fait chanter le groupe sur « La danse des canards ». En bégayant. The Popopopops ne diront pas avec combien de fans ils ont couchés. Mais ils le diront avec des lunettes de soleils sur-démodés. Et ça, c’est déjà une victoire pour le croupier Tataru. Une manière aussi de dire que c’est lui, et lui seul, qui distribue les cartes.