Theo Angelopoulos, dans la poussière du temps

Article publié le 30 janvier 2012
Article publié le 30 janvier 2012

Une des figures les plus importantes du monde du cinéma grec est mort, le 24 janvier dernier, fauché par  une moto au beau milieu d’une scène de tournage de son dernier film, L'Autre Mer, consacré à la crise en Grèce. Généralement salué pour sa bonne humeur, son nom est devenu synonyme de légèreté en référence à son style, lent, doucereux, tout en longueur. Pourtant, en plein deuil national et au milieu d’un torrent de dithyrambes, le critique de cinéma Dimitris Danika a fait scandale. Dans ses commentaires, il décrit le cinéaste comme quelqu’un d’arrogant, d’avare et d’obsédé par l’esthétique. Né à Athènes en 1935, Angelopoulous a passé quelque temps à Paris et a remporté son lot de prix prestigieux : de la Mostra de Venise au festival de Cannes. Ici, la bande-annonce du film, Le Voyage des Comédiens O thiase », 1975), présent dans le classement des 100 meilleurs films de tous les temps au Japon.