The Greek Files

Edito : le #Greferendum, une insulte à la démocratie directe

Article publié le 3 juillet 2015
Article publié le 3 juillet 2015

Ces derniers jours nous les avons passés à la réfléchir à LA question posée par notre gouvernement, et je suis complètement horrifiée, énervée et déçue. A commencer par la question. Comment pouvons nous être "Pour" ou "Contre" un projet qui n'est même plus à l'ordre du jour de la Commission européenne ?

Par Martina S.

Comment peuvent-ils nous entraîner dans un référendum, alors qu'aucune des issues de ce dernier ne garantit ni l'ouverture des banques la semaine prochaine ni un assouplissement des politiques d'austérité de la Commission européenne, sous la pression de la majorité grecque ? Notre gouvernement de gauche n'été élu il n'y a que six mois, par la majorité des électeurs grecs, avec ce mandat tout récent, il peut négocier.

Pourquoi auraient-ils besoin d'un nouveau ? Il est certain qu'ils n'en ont pas besoin pour appuyer leurs négotiations, certains pourront donc penser qu'ils le veulent au nom de leur illusoire idéologie d'égalité soviétique héritée du siècle dernier ou, et j'ajoute cela avec horreur, pour arracher nos votes sur un prétexte trompeur afin de quitter l'Eurozone. Car là est la vraie question : Oui ou Non à l'Eurozone et à l'Union européenne. Imaginer la possibilité d'un retrait volontaire de l'UE suffit à me mettre en colère.

Nous avons joui de la prospérité de l'UE depuis 1981, avec de nombreux bons moments et d'autres plus sombres, cela va sans dire. Ces derniers ont été les années suivant la crise économique mondiale. Oui, les mesures ont été sévères, oui chaque citoyen grec a du faire face à une nouvelle réalité plus rude, mais cela serait encore pire si nous nous retirions du jeu. J'ai peur de ce qui arrivera à un pays privé de tout financement européen et écarté du marché financier mondial.

Vous avez tous vu les images du Venezuela, de l'Argentine et des autres pays qui essaient de s'en tirer seuls dans une économie mondialisée. Pour ne citer qu'un bref exemple, pensez au fait que chacun d'entre nous, qui profitons des bienfaits de la technologie et de l'évolution, nous le devons à la croissance économique qui a permis le financement de toutes ces grandes idées ainsi que la diffusion de cette technologie à l'échelle mondiale.

Je souris chaque fois qu'un opposant à ce système économique partage son avis sur les réseaux sociaux, j'ai envie de leur dire que, si c'est croissance économique n'avait pas été, son opinion ne pourrait pas toucher autant de destinataires et que la seule plateforme à sa disposition serait la place publique de sa ville.

Ouvrons donc tous les yeux pour voir enfin que ce malheureux incident qu'ils appellent un référendum n'a en fait rien à voir avec cela. C'est clairement une insulte à l'essence même de la démocratie directe et cela fait également affront à l'opinion publique grecque puisque de faux arguments sont utilisés afin d'obtenir un résultat que certains attendent depuis longtemps : l'instabilité de la société grecque et un retrait de l'UE. Nous disons "Oui" à l'Union européenne, "Oui" à un futur ensemble et non pas chacun de son côté entouré de haine et de leaders trompeurs.