Style de vie

Une petite goutte de Xérès ?

Article publié le 19 mai 2008
Article publié le 19 mai 2008

Si on pouvait dire d’un vin qu’il est Européen, ce serait le Xérès. Dans les pays anglo-saxons, on le connait sous le nom de Sherry et pour les Espagnols, il s’agit du Jerez : son nom d’origine, puisque que ce liquide alcoolisé est fabriqué dans des vignobles à l’extrême Sud de l’Europe, en Espagne. Son élaboration et sa commercialisation ont été conçues par des familles essentiellement européennes qui sont arrivées dans le pays au 18e siècle. Voilà pourquoi, les marques les plus célèbres ont longtemps été le Domecq (Français d’origine), l’Osborne et le Garvey (d’Angleterre) et le Terry irlandais.

Les vins de Xérès étaient alors fabriqués comme dans le reste de l’Europe : on laissait les raisins de chaque vendange fermenter par oxydation puis mis en fût. Chaque fût est associé à une vendange. Cependant, depuis le 18e siècle, les vins de Xérès n’ont pas une maturation statique. Grâce au système de sédimentation « soleras », sa maturation est dynamique. En effet, des vins de vendanges différentes sont mélangés de manière équilibré et systématique. Pas comme chez les Français qui utilisent une méthode de vinification « poreuse, alors que le vin de Xérès nécessite de l’humidité et de l’air », explique Rafael Osborn, chargé des relations publiques chez Osborn. Ainsi, les vins de Xérès ont des caractéristiques organoleptiques toujours identiques, et une robe d’un âge moyen.Ilustración de María Luque Crespo

-La femme : « Chéri, quand le frigo est en panne, cela fout en l’air tes piqûres de pénicilline ! »

-Fleming : « Allons prendre un bain de Xérès alors ! »

Une tâche de vin sur les pages

« Le processus de maturation et de fermentation du vin s’accélère si vous mélangez le vin de récoltes plus ou moins anciennes. Cette méthode a d’abord été utilisée pour satisfaire la demande des Anglais pour des vins doux et pas trop vieux », poursuit Rafael Osborne. Sans surprise, l’Angleterre est un grand amateur de ce vin (32 % du marché), suivis par les Pays-Bas (23 %). L’Espagne vient seulement en troisième position avec 22 %. De plus, les Pays-Bas a les plus grosses parts de marché pour le Brandy, la liqueur du vin de Xérès, dont le nom « brandewijn » provient du néerlandais qui signifie « vin brûlé ».

Selon le Bureau qui régule les vins de Xérès, une bouteille sur trois est consommée pendant le printemps, la saison du renouveau. Shakespeare, Charles Dickens, Washington Irving ou JK Rowling, l’auteur d’Harry Potter, ont parlé de ce vin dans leurs ouvrages, mais nous, nous citerons le fameux docteur écossais Alexander Fleming : « Si la pénicilline guérit des maladies, le vin de Xérès ressuscite les morts », a-t-il dit.