Style de vie

Slovaquie : 4 jeunes qui devraient changer le monde

Article publié le 8 avril 2015
Article publié le 8 avril 2015

Parmi les pays d'Europe Centrale, la Slovaquie n'est ni le plus beau pays, ni celui qui a le compte le plus de célébrités. Les étrangers qui y vivent disent qu'elle ne présente qu'un intérêt limité. Pourtant, la jeune génération s'efforce depuis quelque temps de montrer une Slovaquie attirante. Une façon de faire briller le pays qui se prépare pour la présidence du Conseil de l’Europe en 2016.

Jakub Ptačin (spécialiste en communication)

Il s'est fait remarquer avec une série de vidéos pour le journal SME, sur les petits trucs agréables dans ce petit pays sans trop de charme. En faisant le tour du pays, il a essayé de répondre à la question principale que se posent beaucoup des jeunes diplômés en Slovaquie : pourquoi rester ? Question qui entre en résonance avec une autre - comment réussir un projet ? À part Les aventures de Jakub, qui font découvrir les produits slovaques à succès et les aspects de la vie qui font rêver (même en Slovaquie), il se sert aussi de Twitter avec succès. Il y était beaucoup, dans le cadre d'une autre initiative pour promouvoir son pays, qui perd ses cerveaux – Why Slovakia qui a démarré le 31 mars dernier.

Tatiana Jančáriková  (correspondante exAFP , Reuters pour la Slovaquie)

Elle nourrit bien son compte Twitter et y ne poste que des articles intéressants, c'est-à-dire des « off beat stories » et autres reportages. Comme par exemple un article récent sur ces Slovaques qui ont voté au référendum contre le mariage homosexuel ou sur ce « Batman de Bratislava », un justicier auto-proclamé qui lutte contre la pub illégale. Pas d'actualités économiques, ni de politique intérieure, des domaines pas trop excitants pour les jeunes. Comme elle travaillait pour l'AFP, et actuellement chez Reuters, ces messages postés sur Twitter sont accessibles en français et en anglais.

Jana Németh (journaliste culturelle)

Mariée avec l'un des photographes slovaques les plus talentueux, Boris Németh, Jana (26 ans) a un goût raffiné en ce qui concerne les Beaux-arts. Elle a son RSS sur le site du journal SME.sk et DennikN.sk. Le fait que ses articles sur les peintres et expositions soient uniquement en langue slovaque n'est au fond pas si grave, vu que les noms des auteurs et les endroits où se déroule les événements sont mis en avant.

Tomáš Halász  (photographe indépendant, engagé en politique et travaillant pour des ONG)

Un photographe indépendant, qui s'est fait remarqué avec une série des photos de coulisse de la campagne présidentielle d'Andrej Kiska, travaille pour plusieurs ONG slovaques. Âgé de 31 ans, ce jeune homme a déjà réussi à gagner plusieurs prix, parmi lesquels Czech Press Photo (les Slovaques ont également le droit de participer). Il fait sa propre promo sur sa page Facebook, mais il nous fait aussi découvrir ce qui mérite de l'être dans le milieu du photo-journalisme et dresse une carte de la vie des ONG slovaques.