Style de vie

Pronostics européens sur le mondial 2010 : faites-vos jeux !

Article published on 10 juin 2010
Article published on 10 juin 2010
Sondages, pronostics, prévisions et prophéties. A la veille de toute compétition sportive importante, la mode des pronostics reprend. A quelques jours du premier coup de sifflet de la Coupe du Monde de football en Afrique du Sud, chaque pays y va de son sondage. Sans surprise, les résultats diffèrent tous ! Petit florilège des projections européennes.

Sur son site web, le quotidien barcelonais El Mundo Deportivo a mis au point un système de vote permettant aux internautes de pronostiquer le stade de la compétition où s'arrêtera chaque équipe. Sur ce site où fleurissent les sondages, il est également possible de pronostiquer le joueur qui sera la révélation du tournoi. Tiens donc ! Les Espagnols désignent deux membres de la Roja comme candidats, à savoir Pedro et Jesus Navas, loin devant le slovaque Marek Hamsik. Toutefois, c'est l'Argentine qui est favori du mondial selon eux. Autre surprise, ils ne voient ni leurs voisins portugais ni les Français se qualifier pour les huitièmes de finales.

Les sondages espagnols le prédisent

France: Les plus je-m'en-foutistes

Ces derniers n'ont pas l'aire de se soucier de la Coupe du Monde plus que ça. Pas un quotidien n'a proposé à ses lecteurs de pronostiquer le vainqueur du tournoi. Serait-ce lié à la nature superstitieuse de leur entraîneur Raymond Domenech? Les journaux français semblent moins s'intéresser à la Coupe du Monde qu'à l'Euro 2016 récemment attribué à la France. Sur le site internet du quotidien Le Monde, les internautes peuvent donner leur avis pour savoir si l'événement aura ou non des conséquences importants sur l'économie française et sur le dévelopement de nouvelles infrastructures.

Pays-Bas : Le foot, oui, mais pas sans la bière !

Aux Pays-Bas, sur Telegraaf.nl, à la question des journalistes se demandant si l'équipe des oranges saura dépasser les quarts de finale, les lecteurs sont unanimes : « Evidemment! Bien sûr qu'ils dépasseront les quarts ». Mais un tout autre sujet occupe les supporters bataves. Pour des raisons d'ordres public, il est interdit de boire une bière tout en regardant les matchs sur écran géant à l'extérieur en Hollande. Ainsi, dans un autre sondage du quotidien AD Sportwereld.nl, ils se prononcent en masse pour briser cet interdit.

L'Allemagne : les plus précis

Selon la Gazzetta dello Sport, c'est l'Angleterre (et son entraîneur italien) qui part favoriteEn Italie, dans le plus important quotidien sportif, la Gazzetta dello Sport, le favori espagnol est inexplicablement exclu des prétendants au titre par les lecteurs ayant pronostiqués les résultats du mondial. A sa place apparaît l'Angleterre de Fabio Capello... Puis l'Italie de Lippi ! Les plus précis sont les Allemands. Dans Sueddeutsche.de, il existe même un classement quotidien des équipes les mieux cotées, sur le modèle des cotations boursières. L'Espagne occupe la première place du classement. L'Allemagne est plus faible mais prend peu à peu du galon.

Le foot côté en Bourse

Deux analystes de la JP Morgan, une banque londonienne, sont allés jusqu'à adapter des systèmes d'évaluations boursières au football, en utilisant des statistiques, des données et le classement de la FIFA. Cela permettrait de prévoir le vainqueur de la Coupe du Monde mais également les résultats de l'ensemble des matchs. Suite à ces calculs, nous apprenons qu'en battant les Pays-Bas lors d'une séance de pénalty, l'Angleterre arrivera en finale et gagnera contre l'Espagne.

Théories du complot

Réussira-t-il à porter l'Angleterre jusqu'au titre tant attendu ?Il existe aussi de nombreux pronostics inspirés par la théorie du complot, qui voudraient que les résultats des compétitions soient influencés pas des pressions politiques. Les références historiques sont nombreuses, tel le fameux Argentine-Pérou de 1978 qui, par volonté des colonels du régime argentin, aurait permis a l'Albiceleste d'accéder à la finale, et donc de lever la Coupe du Monde à Buenos Aires. Le Mondial italien de 1990 gagné par l'Allemagne à peine réunifiée, à la suite de la chute du mur de Berlin (1989), est également cité, comme la Coupe du Monde 2002 en Corée du Sud et au Japon, où contre toute-attente, la Corée du Sud arriva jusqu'en demi-finale, pour finir par le dernier tournoi gagnée par l'Italie alors dévastée par le scandale du « Calciopoli ». Pour cette année, les adeptes de la théorie du complot prévoient qu'une équipe africaine ferra surement un beau parcours.

Malgré cette manie des pronostics, une Coupe du Monde ne se gagne jamais dans les sondages, mais parfois sur des petits détails, des épisodes particuliers, comme en 2006 et le but de Pirlo contre le Ghana qui sauva l'Italie et lui permis de gagner le dernier trophée mondial. C'est l'opinion de Giovanni Trapattoni, ex-sélectionneur de la sélection italienne et actuel sélectionneur de la sélection irlandaise, obligé de regarder le tournoi à la télévision « à cause d'Henry et de sa maudite main ». Toutefois Trapattoni ne se retient pas de donner, lui aussi, son pronostic: « L'équipe de Maradona est plus forte techniquement et mentalement que le Brésil. Pour moi ce sera l'Argentine ».

Photo: betacontinua/flickr; superleague formula/flickr; Treviño/flickr; gordonflood/flickr.