Style de vie

Meet My Hood : Molenbeek

Article publié le 3 décembre 2015
Article publié le 3 décembre 2015

Depuis les attentats de Paris, il a fait l'objet de tous les fantasmes. « Nid de djihadistes », « capitale du terrorisme », « repaire de Daech », les journaux du monde entier ont dépeint Molenbeek en noir et blanc. Pourtant, ce quartier populaire de Bruxelles affiche une drôle de vie chamarrée. Promenade tranquille au milieu des confessions et des douceurs orientales.

Lorsque vous traversez le canal, et que vous avez dépassé le centre de Bruxelles, des petits moulins à vent sont alignés le long de la rive et vous accueillent à Molenbeek. Il y a longtemps, dans ce quartier, aujourd’hui réputé pour sa population multiculturelle, on pouvait croiser des peintres tels que Vincent Van Gogh. Aujourd’hui, les anciennes usines du 19e siècle issues de l’essor du charbon ont laissé place à l’atmosphère animée de la vie citadine.

Dans les petites boutiques de la Chaussée de Gand, rue principale de Molenbeek, vous pouvez acheter, entre autres choses, des longues robes, des voiles pour couvrir votre tête et des meubles marocains. Dans les environs, vous ne trouverez que peu de grands supermarchés. Le quartier est connu pour ses petites échoppes telles que ses boulangeries-pâtisseries, ses épiceries, boucheries et poissonneries.

En raison du nombre important de musulmans vivant dans la commune, Molenbeek se transforme à l’occasion du ramadan. Les échoppes s’emplissent de friandises vendues pour agrémenter les festivités du soir. Afin d’aider les gens à comprendre et prendre part aux festivités, la communauté flamande et l’association De Vaartkapoen organisent des dîners hebdomadaires pendant la période du ramadan. Jusqu’à 70 personnes sont réunies dans une salle de concert, transformée pour l’occasion en gigantesque salle à manger. Pakistanais, Marocains, Belges et Américains, tout le monde est le bienvenu pour se joindre au repas. Peu importe la religion : les dîners du ramadan rassemblent la communauté multiculturelle de Molenbeek.

Lorsque j’entre dans ma boulangerie préférée sur le parvis de l’église Saint-Jean-Baptiste et que je commande mon pain quotidien, je goûte quelque chose qui ne m’est pas familier, des spécialités turques. Ici, ni l’anglais ni le néerlandais ne vous seront utiles. Les langues les plus parlées sont le français et l’arabe. Toutefois, le boulanger fait de son mieux pour s’adresser à moi en néerlandais et de mon côté, j’essaie de lui parler en français.

Pendant le temps de midi, il y a toujours une file qui s’étend jusque dans la rue devant ce petit magasin. Les enfants mangent leur repas sur le pas de la porte devant le va-et-vient de clients affamés. Ici, vous pouvez acheter une pizza turque aux légumes fraichement préparée pour 1,5 euro. Des gens de toutes nationalités se réunissent pour manger, que ce soit des Polonais, des Roumains ou les habitants turcs et flamands du quartier.

Hedi le coiffeur, propriétaire d’un salon de coiffure dans la rue de Ribeaucourt, est arrivé à Bruxelles il y a 50 ans et n’a, depuis, jamais quitté Molenbeek. Après toutes ces années, il travaille toujours dans le salon de coiffure qu’il a fini par acheter. Il est fier de ses origines tunisiennes, mais il se considère aussi comme un Bruxellois (en français dans le texte). Dans son salon de coiffure à l’allure vintage, vous prendrez part à une agréable conversation et apprécierez une bonne tasse de café gratuite en plus d’une nouvelle coupe de cheveux.

Molenbeek s’anime les jeudis lorsque le parvis de l’église Saint-Jean-Baptiste et ses rues alentour se transforment en grand marché, véritable centre économique et social de la commune. Des fruits et légumes aux vêtements et chaussures, tout est bon marché. On y trouve les meilleures olives de la ville et si vous vous promenez dans ce coin-là, n’oubliez pas de ramener des herbes aromatiques.

Combien ça coûte?

La rue

L'ambiance

Les gens

_

Cet article a été rédigé par la rédaction de cafébabel Bruxelles. Toute appellation d'origine contrôlée.

_

Cet article fait partie d'un nouveau projet de cafébabel, Meet My Hood, qui a pour objectif de faire découvrir les quartiers des principales villes européennes, en chantant.