Style de vie

Meet My Hood : Le Quartier Latin, à Paris

Article publié le 6 février 2018
Article publié le 6 février 2018

S'il est l'un des quartiers emblématiques de la ville de Paris, il en est également le plus ancien. Sa situation géographique - entre le 5ème et le 6ème arrondissement, non loin de la cathédrale de Notre-Dame - lui donne des airs de vitrine touristique. Mais les universités, les lycées et les librairies historiques qu'il recèle en font un véritable eden pour les étudiants, comme Alexandra. 

Il s'élève le long de la rive gauche de la Seine, à cheval sur deux arrondissements. Débordant de vie et de dynamisme, le Quartier Latin draîne des milliers de touristes venus du monde entier et toute une armada de jeunes. On y trouve quelques-unes des institutions scolaires les plus prestigieuses du pays, comme par exemple l’École des Beaux-Arts, le Collège de France et l'ENS. Mais c'est à la Sorbonne, la plus ancienne université de France, que la vie étudiante bat son plein. C'est dans ce berceau du savoir qu'Alexandra a effectué son Service Volontaire Européen pendant 11 mois, dans le cadre du programme Erasmus +. Âgée de 26 ans, venue tout droit d'Ukraine, cette étudiante en relations internationales s'est engagée en tant qu'accompagnatrice à la scolarité des enfants et adolescents au sein de l'Association Pavillonaise pour la Jeunesse et la Culture, et a choisi Paris « pour sa langue, d'une part, mais surtout pour l'atmosphère animée et créative qui y règne, comme dans le Quartier Latin ».

Minuit à Paris

« C'est ici qu'on se retrouve entre volontaires Erasmus. Notre point de rendez-vous est la statue de saint Michel. C'est pratique, car tout le monde peut venir grâce au RER, et puis maintenant on s'y sent comme chez nous. » Les places grouillent de monde à toute heure du jour et de la nuit : les étudiants et les enseignants se réunissent dans les bistrots pour s'accorder une pause, les curieux déambulent entre les étalages de bouquinistes bordant les étroites ruelles. Ici, les arômes raffinés de la cuisine française se mêlent aux notes plus épicées de la cuisine asiatique, grecque ou marocaine. Le Quartier Latin tire son nom de la langue qui y était parlée par les érudits à l'époque médiévale.

 

Je rencontre Alexandra au Café La Terrasse, à proximité d'une des entrées du Jardin du Luxembourg. « C'est mon endroit préféré depuis que je suis arrivée ici, raconte la jeune Ukrainienne, tant pour lire que pour me promener, ou bien profiter des journées ensoleillées. Je viens ici même quand je suis toute seule : je m'assois face au bassin, au milieu des parterres de fleurs parfaitement entretenus, et alors je me sens bien. » Nous sommes à deux pas de l'épicentre historique du Quartier Latin : l’Abbaye Sainte-Geneviève, du nom de la patronne et protectrice de la ville. « Pour moi, le véritable cœur du quartier demeure malgré tout la place de la Sorbonne, poursuit Alexandra, les yeux rêveurs, avec ses fontaines et ses cafés caractéristiques. C'est une zone piétonne tranquille, qui s'ouvre sur le boulevard saint-Michel. Cela m'étonnera toujours qu'elle ait été l'un des points chauds des manifestations étudiantes de mai 68. »

Le mot des voisins

Toute la culture environnante est un véritable puits d'inspirations. C'est pour cette raison qu'Isabelle a décidé d'ouvrir sa propre librairie, L'Émoi des Mots, rue Descartes : « C'est le rêve de toute une vie qui se réalise, raconte-t-elle. Je propose des rencontres avec des écrivains, des présentations et des ateliers qui brassent des étudiants, des familles et des touristes. Tous intéressés par l'histoire du quartier. Bref, on a subitement envie de lire et d'apprendre des choses quand on vient dans le coin ! ».

Sur les murs figurent des plaques attestant du passage dans le quartier d'écrivains tels que Zola, Hugo, Balzac ou Fitzgerald. Entre le XIX° et le XX° siècle, de nombreuses maisons ont servi d'atelier et de refuge pour des peintres de renommée internationale. Bref, le Quartier Latin est un vaste vivier créatif. Mais est-ce toujours le cas de nos jours ?

« Si l'on oublie certaines boutiques trop chères et quelques pièges à touristes, enchaîne Alexandra avec un petit sourire malicieux, faire un tour dans le quartier revient un peu à se retrouver dans le film Minuit à Paris de Woody Allen, avec cette impression qu'on pourrait tomber nez à nez avec l'un de ces grands esprits du passé à chaque coin de rue. Peut-être que la zone reste attachée à cette nostalgie. Ce quartier est fait pour des personnes comme moi, un peu vintage. » Les après-midi où elle s'ennuie, la volontaire Erasmus aime faire un tour chez Shakespeare and Co, une librairie qui vend exclusivement des ouvrages en anglais, et s'asseoir pour écouter les airs de piano joués par quelques étrangers de passage. 

Mais la vie étudiante ne saurait se résumer aux livres seuls. « Le va-et-vient entre les crêperies de la rue Mouffetard et les pique-nique d'été en bord de Seine », nous explique Alexandra, sont autant d'occasions de rendre le quartier plus bruyant et coloré. « Quand cela se produit, je glisse un marque-page dans ma lecture du moment et je m'abandonne à cette atmosphère plus guillerette. Pour mes amis et moi, c'est aussi ça qui fait du quartier ce qu'il est ». Le soleil se couche, le Jardin du Luxembourg ferme ses portes. Sous une spectaculaire lumière orangée, Alexandra commente : « Après avoir fini mon Service Volontaire Européen, j'ai décidé de rester à Paris. Le Quartier Latin a pesé gros dans la balance...»

Comme l'écrivait Hemingway, « si vous avez eu la chance d'avoir vécu à Paris pendant vos jeunes années, alors pour le reste de votre vie, peu importe où vous irez, la ville sera avec vous. Paris est une fête ». Et peut-on rêver meilleures fêtes que celles des étudiants du Quartier Latin ?

Combien ça coûte ?

Les gens

Les bonnes adresses

Shakespeare and Co (37 Rue de la Bûcherie) : une librairie qui baigne dans une atmosphère magique et propose des textes en anglais uniquement

Salon de Thé de la Grande Mosquée (39 rue Geoffrey Saint-Hilaire) : l'adresse à ne pas manquer pour profiter d'un thé chaud à 2 euros et de friandises au miel... mais seulement après avoir visité la Grande Mosquée

Café La Terrasse (145 Boulevard Saint-Michel) : un café décontracté où prendre l'apéritif après une balade dans les allées du Jardin du Luxembourg

Académie de la Bière (88Bis Boulevard de Port-Royal) : le pub qui fait les meilleures moules-frites de tout Paris. Des prix abordables et une excellente sélection de bières

Collège des Irlandais (65 de la rue du Cardinal Lemoine) : la cour intérieure est un véritable petit bijou pour lire en été

L'émoi des mots (25 rue Descartes) : petite librairie pour trouver de la littérature originale et alternative et faire comme chez soi sur les banquettes d'Isabelle

DOSE (73 Rue Mouffetard) : un café dans un patio couvert. Pour travailler sur son PC tout en sirotant une tisane

Cour Brayer (22 rue Monsieur le Prince) : l'endroit où a vécu le peintre Yves Brayer, la cour est un écrin garni de plantes et statues anciennes

Au P'tit Grec (68 Rue Mouffetard) : des galettes comme vous n'en avez jamais mangées. Allez-y le ventre vide, où vous n'en verrez jamais le bout.

---

Cet article fait partie du projet de Cafébabel, Meet My Hood, qui a pour objectif de faire découvrir les quartiers des principales villes européennes, en chantant. Si tu veux montrer ton quartier sous un nouveau jour, écris-nous ! ---

La réalisation de cet article a été soutenue par la Fondation Hippocrène.