Style de vie

Make Love : pourquoi apprendre à bien faire l'amour ?

Article publié le 26 février 2015
Article publié le 26 février 2015

L'éducation sexuelle c'est gênant – du moins à l'école. Lorsqu'on parle de sexe, ni les jeunes, ni les moins jeunes ne se montrent particulièrement francs. Il y a pourtant tant à apprendre ! Suite au succès de son livre Make Love (2012) sur l'éducation sexuelle, la sexologue danoise Ann-Marlene Henning en a remis une couche avec Make More Love (2014).

On parle beaucoup de la « génération porno », de sa vision déformée de la sexualité et de sa prétendue incapacité à aimer. Alors que certains considèrent YouPorn comme le grand libérateur de la sexualité des jeunes, d'autres mettent en garde contre des attentes exagérées envers son propre corps ou celui de son partenaire, des pratiques sexuelles étranges et la misogynie. Ce qui manque, le plus souvent, est une discussion franche sur le fait que le sexe peut vraiment être un plaisir. On a connu les cours d'éducation sexuelle donnés à l'école : ils tournaient presque exclusivement autour de la grossesse et des MST. Mais où est le sexe là-dedans ?

C'est ce que la thérapeute de couple et sexologue danoise Ann-Marlene Henning s'est demandé il y a quelques années. Son livre sur l'éducation sexuelle Make Love a eu l'effet d'une bombe en 2012 et a reçu les louanges de la presse allemande comme étant entre autres « le premier livre sur l'éducation sexuelle vraiment cool pour les jeunes » (Welt kompakt) et « le livre le plus cool pour la génération qui a déjà tout vu » (Spiegel). Depuis son entrée habile dans le monde sauvage de la sexualité, A.-M. Henning en est arrivée à sa dixième édition et a été traduite en huit langues. Fidèle à la devise « L'excitation est innée, la sexualité s'apprend », A.-M. Henning et sa co-auteure Tina Bremer-Olszewski traitent de tous les thèmes possibles, de la masturbation à l'orgasme en passant par la séduction. Tout ceci est illustré par des photos de Heji Shin. Cette dernière met en scène de jeunes couples lors de l'acte sexuel, le tout avec finesse et sans pornographie. On pardonne aux auteures des gaffes occasionnelles (« [Dans le porno] les hommes éjaculent la plupart du temps au visage des femmes. Dans la vraie vie, certaines femmes ne trouvent pas cela si agréable » – seulement certaines ?!) et le manque de clarté de certains graphiques. 

Dans le monde sauvage de la sexualité

De plus, Make Love nous fait découvrir quelques faits intéressants. Par exemple, les embryons masculins connaissent leur première érection dans le ventre de leur mère et les femmes, au cours de l'évolution, ont développé un goût plus prononcé pour la promiscuité que les hommes. On apprend aussi que s'embrasser intensément déclenche plus de processus biochimiques dans l'organisme que le sexe. Et on veut encore prétendre qu'on connaît tout sur le sujet !

Ces connaissances n'ont pas grand-chose à voir avec l'âge – ce n'est pas parce qu'on a 40 ans, qu'on a plus d'expérience et qu'on fait mieux l'amour. Pour la thérapeute et sexologue danoise, les couples âgés comptent autant que les couples jeunes. C'est pourquoi elle a sorti l'année dernière un livre sur l'éducation sexuelle destiné aux adultes. Make More Love, rédigé en collaboration avec Anika von Keiser, est presque meilleur que Make Love. C'est une mine d'information encore plus fournie sur des techniques et faits intéressants. Qui savait que le pénis peut créer un vide dans le vagin pour éloigner le « sperme étranger » ? Ou qu'il est faux de dire que les femmes ne peuvent plus mouiller après la ménopause ? Autre fait sympa : les auteures tutoient leurs lecteurs, ce qui est cohérent, car « dire "vous" ferait obstacle à [...] l'intimité nécessaire ».

Pas de porno mais du vrai érotisme

Afin de correspondre au public ciblé, d'autres passages de Make More Love tournent autour des changements physiologiques auxquels le corps est soumis en vieillissant, des changements hormonaux liés à la ménopause et de l'horrible diagnostique de « dysfonction érectile ». Mais c'est intéressant aussi pour les lecteurs les plus jeunes, dont le corps fonctionne encore impeccablement. En se basant sur les corps âgés, on peut aussi apprendre des choses sur les corps jeunes. En outre, les auteures discutent en détail de la façon dont les sentiments et les problèmes comportementaux influent sur la sexualité. Cela concerne bien évidemment toutes les classes d'âge. Leur approche de ce sujet est extrêmement nuancée : elles traitent toujours de comment on se sent vraiment, de ce qu'on réprime ou de pourquoi, lorsque l'on parle de sexe, on glisse si souvent dans les extrêmes. Cela vaut bien évidemment aussi pour la séduction et l'excitation, puisque « ce qui est érotique, c'est quand on caresse avec une plume. Ce qui est porno : quand on prend la poule entière ».

Documentaire inspiré du livre de Ann-Marlene Henning diffusé sur une chaîne allemande.

Make More Love est aussi illustré par des photos de différents couples en train de faire l'amour – qui ont presque tous plus de 50 ans mais n'en sont pas moins beaux à voir. Les jeunes gens se réjouissent probablement de savoir que la vie sexuelle ne se dégrade apparemment pas forcément avec l'âge, tant que l'on a identifié ce qui nous excite ou qui on aime. Si vous voulez encore un tuyau pour du bon sexe révolutionnaire, en voilà un : presque tout se passe dans le plancher pelvien. Et bien entendu dans la tête. C'est pourquoi cela vaut le coup de jeter un œil à la fois à Make Love et à Make More Love. Par chance, le premier, au moins, est déjà disponible dans toutes les langues de babel.

Lire : 'Make Love' de Ann-Marlene Henning (Marabout/2014)