Style de vie

Les droits de l'homme en retrait

Article publié le 6 août 2008
Article publié le 6 août 2008
Les préparatifs semblent se dérouler dans l’enthousiasme. Mais dans les sphères de l’économie ou des droits de l’Homme, cette manifestation internationale ne va rien changer, ou si peu. Rencontre avec un chercheur d’Amnesty International à Londres.

(beijing2008.cn)La ville de Pékin devait l’emporter. Lors de l’annonce des résultats pour les Jeux olympiques 2008, Liu Qi, le président du comité organisateur de la mégalopole chinoise, a dressé la liste des nombreux points positifs de cette attribution historique. « Les Jeux olympiques de Pékin 2008 vont promouvoir notre économie et nos progrès sociaux », a-t-il dit ajoutant : « Cela va favoriser le développement de notre cause pour les droits de l’homme. » Liu Qi a également mis l’accent sur le nombre de personnes déjà inscrites à des cours de langues ou abonnées aux journaux où figurent des mini leçons d’anglais. « Pour vous accueillir d'une voix familière et amicale, a poursuit cette voix officielle, plus de 95 % des chinois ont soutenu notre candidature parce qu’ils pensent qu’accueillir les JO va aider à améliorer leur qualité de vie. » Face à ce point de vue, d’autres voix, comme celles des spécialistes, formulent un avis très différent…

Ne pas trop attendre des JO

Certaines sources d’information suggèrent un impact mineur des JO sur l’économie chinoise. Ian Kernohan, économiste au sein de l’organisme de placement Royal London Asset Management, est d’accord sur ce point : « La Chine est un immense pays, et Pékin représente moins d’1 % de la population. L’impact économique direct des JO sur la Chine dans son ensemble est donc assez moindre, estime-t-il. Pour Pékin, l’effet est bien sûr beaucoup plus important. Mais les structures d’accueil ont été construites spécialement, alors quand les JO seront terminés d’ici quelques semaines, la majeure partie de cet impact sera rapidement dissipé. »

Mais les conséquences des Jeux olympiques ne s’arrêtent pas à la création de richesse. Car après avoir remporté le titre, la promesse faite par la Chine d’améliorer le respect des droits de l’Homme dans le pays a été passée à la loupe. L’ONG Amnesty International a été sur le front lors d’une campagne au quatre points cardinaux : la peine de mort, la détention pénitentiaire sans procès préalable, la censure et le traitement des militants locaux pour les droits de l’Homme. « Dans la plupart de ces secteurs, nous n’avons pas constaté d’améliorations. Bien au contraire, observe Mark Allison, chercheur dans le secteur Asie de l’Est de l’association, et ce n’est pas extérieur aux JO. C’est à cause d’eux. »

(lensfodder/flickr)

Côté droits de l’homme

Mark Allison nous parle du cas de Ye Guozhu, un Pékinois qui a perdu son restaurant suite aux expulsions forcées d’habitants. « Il a fait une demande pour pouvoir organiser une manifestation pacifique, mais cela a suffit à le faire arrêter et condamner à quatre ans de réclusion, dit Allison. Il était censé sortir cette semaine, mais il y a quelques jours la police l’a emmené dans un lieu inconnu « pour l’éloigner des ennuis. »

Et Ye Guozhu, comme l’affirme le militant d’Amnesty, est loin d’être un cas isolé. Ces situations se sont multipliées au fur et à mesure que les JO approchaient. Autre histoire : un activiste pour le droit à la terre dans le Nord-est de la Chine faisant campagne pour assurer une compensation aux fermiers qui auraient été saisis de leur terre, a été condamné à cinq ans de réclusion. Selon Allison, les deux hommes ont été torturés pendant qu’ils étaient en prison. « La principale préoccupation pour les autorités est que cette image de stabilité et d’harmonie orchestrée soit montrée au reste du monde », tranche le militant.

Sha3bi1Beijing/flickrMême si le gouvernement a progressé sur le thème délicat de la peine de mort grâce à l'introduction d’une révision de la Cour Suprême annoncée en 2007, Amnesty International continue de tirer la sonnette d'alarme sur le manque de transparence. « Nous accueillons cette réforme avec enthousiasme, mais personne ne va pouvoir en mesurer l'impact avant que les autorités ne publient des chiffres, explique Allison. Actuellement, le nombre d'exécutions est toujours considéré comme secret d'état. »

Faites vous entendre

Parmi les dossiers suivis de longue date, celui connu sous le nom « rééducation par le travail » continue de susciter la crainte d’universitaires renommés qui y voient une condamnation pure sans avocats et autres formes de procès. Et Amnesty International affirme que « de plus en plus de délits » sont punis de la sorte. « La police se sert des JO comme un prétexte. » Une part de responsabilités, selon Allison, repose sur les épaules du Comité international olympique. « La ‘diplomatie silencieuse’ qu’ils ont dit utiliser n'a, selon nous, pas eu le moindre impact. »

Mais pendant les manifestations organisées sur le chemin de la flamme en avril, Jacques Rogge, le président du CIO, a insisté sur le fait que le comité est apolitique. « Le CIO respecte les ONG, les activistes et leurs causes. Nous sommes régulièrement en contact avec eux mais nous ne sommes ni une organisation politique, ni des activistes, a-t-il précisé. La Chine va changer en ouvrant le pays au regard du monde à travers 25 000 médias qui vont assister aux JO. Ils sont une force pour le bien, un catalyseur pour le changement, pas une panacée pour tous les maux. »

Surtout que l'année 2009 pourrait être aussi intéressante pour la Chine. Les anniversaires de la République du Peuple ainsi que du massacre de Tiananmen pourraient mettre encore plus de pression sur le gouvernement. Alors que certaines personnes s’attendent à un assouplissement graduel des libertés, Allison lui, estime être encore au début de potentielles évolutions. « Le gouvernement chinois pourraient utiliser les JO comme un test pour voir jusqu'où ils peuvent s'en tirer sans être inquiétés, conclut-il. La tendance à laquelle nous assistons suggère qu'ils veulent savoir si la communauté internationale va réagir ou pas. C'est pourquoi il est vraiment important que les citoyens se fassent entendre maintenant. »