Style de vie

Le champi, c’est l’hallu

Article publié le 6 mars 2009
Article publié le 6 mars 2009
Les qualités du champignon sont bien connues : il pousse partout et pour cette raison, il a été l’un des premiers aliments dont l’être humain s’est nourri… le corps et l’esprit.

Le fruit de la Connaissance qui a transformé Adam et Ève, demi-dieux immortels, en de simples géniteurs de l’espèce humaine n’était pas une pomme. Selon certaines études anthropologiques et ethnobotaniques, le fruit défendu était en réalité un champignon. Et avec pour preuve de cette affirmation, la fresque de la chapelle de Plaincourault, une petite ville de l’Indre, dans le centre de la France. En effet, l’arbre de la connaissance y a clairement l’apparence d’un champignon, probablement celle de l’Amanita muscaria (« amanite tue-mouches »).

Le champignon de discorde ?

Le tout concorde avec les recherches anthropologiques qui recoupent le développement du sens du sacré, et donc la naissance de la religion, à l’usage d’un hallucinogène, souvent un champignon (le « Psilocybe mexicana », « l’amanite tue-mouches » des Hyperboréens, ancêtres des Européens, « l’asclépiade acide » des Védas de la religion hindouiste, « l’ergot des Mystères » d’Eleusis, le « bolet » des Kuma de Nouvelle-Guinée…)

Les fonctions spirituelles et religieuses des champignons sont étroitement liées à leurs propriétés curatives. En effet, utilisés depuis la nuit des temps, les champignons jouissent de propriétés immunostimulantes, antibactériennes et anticancéreuses. Ils contrôlent également le cholestérol, la pression sanguine et la glycémie. Certains de ces champignons, en particulier le « shiitaké » et le « maitaké », sont facilement trouvables dans les magasins de produits naturels, et peuvent même s’ajouter à la soupe.

«Il mangea un champignon magique. «Beautiful» a été son dernier mot»

Un champignon qui vaut donc bien l'Eden ! Et les Européens peuvent probablement tous se mettre d’accord, vu que les champignons sont l’aliment commun à grand nombre de nos plats. Il suffit de penser, pour ne citer que quelques exemples, à la typiquement anglaise « steak and mushrooms pies » (« tourte au steak et champignons »), au « Ràntott Gomba » hongrois, au « risotto ai porcini » italien (« risotto aux cèpes »), aux « champiñones al ajillo » espagnol (« champignons à l’ail »). 

Dès lors apparaissent donc très clairement les raisons du choix fait par les Schtroumpfs, qui vivent dans des champignons, et de celui de Timothy Leary, l'écrivain et psychologue américain qui a soutenu l'utilisation des hallucinogènes et qui, deux heures avant sa mort, mangea un « champignon magique ». « Beautiful » (« magnifique ») a été son dernier mot.

Recette : le Ràntott Gomba hongrois

Pour quatre personnes

Simple pizza- quatre œufs - 300 grammes de chapelure - 400 grammes de champignons - Huile de tournesol et de sel en quantité suffisante

Couper les champignons en deux, battre les œufs, puis immerger les champignons, les passer dans la chapelure, puis les faire frire dans l'huile préalablement chauffée. Saler à volonté.