Style de vie

Football, Pologne et tiki-taka : le Barça attendu comme le Messi à Varsovie

Article publié le 3 novembre 2011
Article publié le 3 novembre 2011
Un peu moins d’un an avant les championnats d’Europe de football en Pologne et en Ukraine, le directeur sportif de la ville de Varsovie a convaincu le FC Barcelone d’ouvrir à Varsovie son premier centre de formation en Europe. Des jeunes talents polonais pourront dès la fin octobre apprendre à la FCB Escuela Varsovia le « tiki-taka », la célèbre technique du club espagnol à succès.
Les Polonais reçoivent le savoir-faire barcelonais, mais pas d’argent.

« Les jeunes joueront ensuite partout en Europe : en Espagne, en Angleterre ou même en Allemagne » se réjouit Wiesław Wilczyński. Le directeur communal des sports, 55 ans, a déjà occupé de nombreuses fonctions en Pologne telle que celle d’adjoint au ministre des sports.

Wilczyński parle fièrement de son nouveau projet, le seul en Pologne, car c’est rien de moins que le FC Barcelone qui choisit jusqu’au 28 octobre à Varsovie les 600 à 700 nouveaux jeunes talents tous âgés entre six et douze ans pour son nouveau centre de formation. « On aurait pu en choisir 1500 aussi, tellement la demande était grande » souligne le directeur sportif, mais beaucoup des candidats n’auraient pas eu le niveau.

La FCB Escola Varsovia est la première en son genre que le grand club gère en Europe à l’extérieur du territoire espagnol. En revanche, il a déjà des centres semblables au Japon, en Égypte et au Pérou. « Tout le pays pourra profiter de cette école car elle attirera sur le football polonais plus d’attention au niveau européen » espère Wilcznski un an avant l'Euro 2012 qui aura lieu en Pologne et en Ukraine.

Tiki-Taka sans money money

Il y a cependant un problème : les Espagnols mettent à disposition les stratégies d’entrainement et ont formé les entraineurs polonais, mais ils n’investissent pas dans le fonctionnement concret du centre. « On est en cours de discussions avec des sponsors potentiels » esquive Wilczyński en espérant que les mécènes du prestigieux club espagnol comme Turkish Airline ou Nike se déclareront près à soutenir le centre de Varsovie.

Le principe du centre de formation pour lequel les parents doivent payer 190 zlotys (soit environ 40 euros) par mois, repose sur le fait que les enfants continuent d’aller à leur école habituelle et d’habiter chez leurs parents. Pendant la semaine, ils s’entraînent dans quatre centres qui appartiennent à la ville ,répartis dans tout Varsovie. « A cet âge, les jeunes ne doivent surtout pas être enlevé à leur entourage familier » explique Wilczyński qui est absolument contre tout « casernement » des enfants, courant en Pologne dans les cursus sportifs.

Les méthodes d’entraînement de Barcelone sont mondialement connues. Les élèves apprennent le Tiki-taka un jeu de passes courtes et longues qui condamnent les adversaires à courir après la balle. Les enfants apprennent en s’amusant, et, dans l’ensemble, les entrainements d’endurance ou purement musculaires sont laissés de côté.C’est avec ce concept que l’école de Barcelone a formé des stars telles que l’Argentin Lionel Messi ou l’Espagnol Xavi Hernandez qui ont gagné, menés par leur coach Josep Guardiola, douze titres au cours des trois dernières années. Trois joueurs du club, Lionel Messi, Andrés Iniesta et Xavi Hernandez, ont été désignés comme les trois meilleurs joueurs du monde en 2010.

Mais ce n’est pas seulement sur le plan sportif que tout va pour le mieux concernant le club espagnol. Au niveau économique, les affaires marchent bien. Il a généré, la saison dernière, un chiffre d’affaires de 398,1 millions d’euros et se trouve ainsi en deuxième place au niveau mondial, derrière son éternel rival, le Real Madrid (438,6 millions d’euros).

Taka faire ça toi aussi

Au-delà du nouveau centre de formation polonais, Barcelone veux étendre son influence en Europe de l’Est où le club n’est pas soumis à une concurrence aussi forte que dans les autres pays occidentaux. « La Pologne est en plus le pays européen, l’Espagne mise à part, avec le plus grand nombre de fan du FC Barcelone » affirme le directeur de l’école Xavi Marcé à l’occasion de l’ouverture en septembre.

Alors que l’équipe nationale polonaise joue en 64e position sur la liste de la Fifa et occupe ainsi les seconds rangs, beaucoup de Polonais jouent à l’étranger dans les meilleurs clubs européens. Le potentiel est là, il n’a juste pas été suffisamment mis en valeur. « Les Espagnols nous donnent beaucoup, leur savoir-faire sportif et leur marque » affirme Wilczyński. Les entraîneurs polonais travaillent dans un premier temps comme bénévoles : pouvoir utiliser les savoirs d’un grand club est apparemment un salaire suffisant pour eux.

L’auteur de cet article, Sébastien Becker, est membre du Réseau pour la couverture médiatique de l’Europe de l’Est (Netzwerk für Osteuropa-Berichterstattung n-ost).

Photos: Une(cc)evoo73/flickr, (cc)David Salafia/flickr, (cc)dubbs/flickr