Style de vie

En Pologne, LOL avec le Monopoly communiste ! Interview

Article publié le 10 février 2011
Article publié le 10 février 2011
Le 5 février, le Monopoly communiste, un jeu éducatif créé avec le soutien de l'Institut Polonais pour la Mémoire (IPN) a été présenté au public polonais. Kolejkaou, « La queue », replonge le pays à l'heure où on faisait patiemment la queue jusqu'à la prochaine livraison de thé « Popularna » (« populaire »). Interview avec Karol Madaj, un employé d'IPN chargé du projet Kolejka.

cafebabel.com: Karol, les médias européens ont baptisé Kolejka le 'Monopoly communiste', une référence au célèbre jeu de société américain.

Karol Madaj : Je ne me suis vraiment pas inspiré du Monopoly. En réalité, le Monopoly est apparu il y a 75 ans -  c'est un classique, mais un très vieux.

cafebabel.com : De quoi Kolejka est-il alors le nom ?

Karol Madaj :Kolejka représente un élément caractéristique de la vie quotidienne sous le communisme – les rayons vides dans les magasins, les longues queues pour avoir accès aux produits de base. Le jeu est une réflexion crédible sur ce qu'était vraiment la vie de tous les jours : faire la queue pendant des heures pour du papier toilette ou de la viande, souvent en vain, parce que soit la livraison n'arrivait pas, soit elle il n'y en aurait pas suffisamment pour vous. Vous n'étiez jamais sûr de ce que vous pouviez vous procurer, ni où aller pour le trouver. Cette réalité est la base du jeu – peu importe le nombre de joueurs, il y aura toujours une pénurie de biens.

© Karol Madej

cafebabel.com: A qui pensiez-vous quand vous avez désigné ce jeu ?

Karol Madaj : Le jeu a été désigné pour toutes les générations – en fait, c'est le but : rassembler les générations. Il peut être apprécié par les enfants comme par les grands-parents. En plus, de sérieuses discussions peuvent etn émaner, les gens peuvent échanger leurs connaissances de l'histoire d'une manière plus informelle. En fait, out le monde peut y jouer à partir de 12 ans.

 cafebabel.com: Pourquoi cette limite de 12 ans ?

Karol Madaj : Quand nous faisions des essais sur le jeu, il est vite devenu clair que les jeunes âgés de moins de 12 ans ne pourraient pas supporter la frustration (de la réalité du temps communiste, ndlr) qui se construit pendant la partie. Toutefois, les réaction étaient les mêmes de la part des enfants de 12 ans que des personnes de 84 (l'âge du testeur le plus âgé) - du divertissement et des rires.

cafebabel.com: Ne courez vous pas le risque d'être frivoles avec un traitement « drôle » des réalités de la vie sous le régime communiste ? Récemment, le design vintage de l'ère communiste est revenu à la mode. C'est à croire que le goulash en conserve et la déco kitsch sont on ne peut plus « in »...

Karol Madaj :  C'est vrai. En Allemagne, la figure de Santa Claus est désormais plus populaire que dans ma jeunesse. D'un autre côté, si les jeunes rient des films de (le dernier réalisateur polonais de l'ère communiste, ndlr) Stanisław Bareja, tant mieux pour eux. De plus, le style du jeu, avec ses couleurs grises et son papier « cheap », a été désigné par des jeunes étudiant en management qui sont encore plus jeunes que moi. Pour eux, ce n'était pas qu'une question de présentation. La chose la plus importante était la connaissance historique que nous souhaitions apporter au jeu.

cafebabel.com: En tant qu'expatriée, je constate encore et toujours que la Pologne est toujours analysée au regard de son passé communiste. Ce jeu ne va-t-il pas perpétuer un stéréotype négatif sur l'image du pays ?

Karol Madaj: L'objectif du bureau d'éducation public, où je travaille, est d'éduquer la société sur les évènements qui se sont produits entre 1939 et 1989. On ne peut aller au-delà de ces dates. Vous devez avoir conscience des origines de la fondation de cette organisation afin de vous rappeler de l'une des périodes les plus difficiles de l'histoire de la Pologne.

cafebabel.com: Vous faisiez aussi la queue devant les magasins ?

Karol Madaj : Pas vraiment. Le jour des permières élections libres (4 juin 1989), j'avais 9 ans.

cafebabel.com: Pourquoi faire vivre à un enfant de 12 ans la queue pour acheter du papier toilette ?

Karol Madaj : Il s'agit de préserver la mémoire de notre passé historique et de faire en sorte que ces tragédies ne soient pas oubliées.

cafebabel.com: Peut-être qu'un gosse de 12 ans préfère les jeux vidéos...

Karol Madaj : Quiconque cherche une version électronique des jeux Pamięć ’39 ('Mémoire de ‘39'), Awans ('Progrès') ou 303 peut jouer en ligne sur le site web de l'IPN. Il n'y a pas encore de version électronique de Kolejka. Personnellement, je suis un fan des jeux de société. C'est idéal pour rassembler les gens, à l'inverse des jeux vidéos où vous ne voyez jamais l'émotion sur le visage des autre joueurs. Vous pouvez jouer aux jeux de société à la manière d'un cours d'histoire ou d'une tragédie historique, etc. De moins en moins de jeunes lisent des livres, donc cette forme de divertissement reste tout de même plus accessible.

cafebabel.com: Ce n'est pas le premier jeu que vous concevez pour IPN. Etes-vous un fan des jeux ne général ?

Karol Madaj : Oui, j'en ai une bonne centaine. Ma femme et moi y jouons tous les soirs. L'IPN a créé quatre jeux à l'heure actuelle, tous (Pamięć ’39, Awans, Zostań Marszałkiem Polski ('Deviens maréchal de Pologne'), 303) sur la deuxième guerre mondiale. La popularité de Kolejka a dépassé nos attentes. Même avant le lancement du 5 février, il était commenté dans les médias en France, en Grande Bretagne, en Thaïlande, au Canada etc.

cafebabel.com: J'ai l'impression que notre génération s'est fait voler son présent, car que ce soit les médias ou les politiques, notre présent reste dominé par le sentiment de martyr national qui entoure l'ère communiste. Au lieu de construire tranquillement un meilleur futur, nous sommes toujours obligés de déplorer le passé.

Karol Madaj: Ce n'est pas notre intention d'alimenter les flammes du martyr par rapport au passé. Mais j'ai l'impression que nous devons connaître notre passé pour avancer dans le présent. (Pause). Et que mettrait-on dans un jeu sur le présent polonais ?

cafebabel.com: Bonne question. A quoi ressemblerait un jeu de société sur notre période ?

Karol Madaj: Je reconnais que je ne le sais pas. J'ai récemment joué au prototype d'un jeu sur la Pologne des années 1990. Et bien, nous étions des tueurs à gage qui voyagent à travers le monde pour tuer. Un peu comme dans des films de série B. C'est le seul jeu polonais sur notre présent. Si jamais je concevait un jeu en-dehors de l'IPN, je le situerais dans un temps passé.

Photos : Une (cc) enchiladaplate; frustration (cc) thekellyscope; bar (cc)  h9ooo-8/ toutes avec la courtoisie de flickr; Kolejka ©Karol Madaj