Style de vie

Coca-Cola et Nescafé : le mauvais goût pour les autres

Article publié le 20 mai 2011
Article publié le 20 mai 2011
En Roumanie, le café, denrée rare sous le régime communiste, a conservé depuis une importance particulière. De nombreux Roumains s’étonnent encore de trouver des produits Jacobs Krönung ou Nescafé dans les magasins. Mais là où le bât blesse, c’est que le café n’est pas bon…

L’aura qui entoure les produits alimentaires de l’Ouest vendus en Europe de l’Est n’empêche pas que de nombreux Roumains, plutôt que d’aller acheter leur café et leur chocolat au coin de la rue, préfèrent demander à des parents ou connaissances vivant en Allemagne ou en Autriche de leur en expédier. Ils pensent que les produits de marque occidentaux disponibles en Roumanie sont moins bons qu’à Vienne ou à Munich. Ce soupçon est désormais étayé scientifiquement : une étude effectuée par l’association slovaque de protection des consommateurs a révélé que des produits de marques telles Coca-Cola, Jacobs Krönung, Tchibo Espresso et Nescafé Gold présentent une moindre qualité sur le marché est-européen (République tchèque, Pologne, Slovaquie, Roumanie, Bulgarie, Hongrie) qu’en Allemagne et en Autriche.

Mystérieuse « confusion »

« Il est tout à fait courant que des produits d’une même marque soient fabriqués différemment d’un pays à l’autre. »

L’association a notamment constaté que le Coca-Cola vendu en Europe de l’Est contient un édulcorant nommé isoglucose, tandis qu’en Allemagne et en Autriche on utilise des ingrédients plus chers, le saccharose et le sucre cristal. Coca-Cola s’est montré surpris de ces reproches. Selon Ibolya Szabo, responsable senior de la communication de Coca-Cola Europe, l’entreprise utilise du sucre raffiné, que ce soit en Allemagne, en Autriche ou en Roumanie. Il s’est dit « étonné par les prétendus résultats des tests concernant le Coca-Cola vendu en Roumanie » et a l’intention de voir comment une telle « confusion » a été possible. Un porte-parole de la centrale allemande de Coca-Cola a également déclaré que la « recette utilisée depuis 125 ans » en Allemagne n’était pas différente de celle des autres pays.

 Mais pourquoi a-t-il un goût si bizarre ?

John Dalli, commissaire chargé de la protection des consommateurs slovaques, s’est néanmoins montré prudent face à l’analyse : « L’étude a été menée sur un nombre limité de produits, et je ne suis pas sûr que l’on puisse réellement se fier aux résultats », a dit un porte-parole. « Il est tout à fait courant que des produits d’une même marque soient fabriqués différemment d’un pays à l’autre. C’est à l’entreprise qu’il incombe de garantir leur qualité. »

Ravitaillements dans les supermarchés allemands

En Europe de l'Est, selon l'association de protection des consommateurs slovaque, on utilise un édulcorant bas de gamme : l'isoglucose En Europe de l’Est, la qualité prétendument moindre des produits profite à certains hommes d’affaires malins, comme Marius Popescu, qui ne veut pas révéler son vrai nom. Une fois par semaine, il se rend à la frontière entre l’Allemagne et l’Autriche et y fait ses courses dans les supermarchés, du café à la lessive en passant par le chocolat. L’idée de faire des affaires avec les produits de l’Ouest lui est venue d’un voyage en Allemagne à la suite duquel il a dû ramener du café à tous ses voisins. Il sait que ce commerce n’est pas précisément légal. Mais les affaires sont florissantes, et l’argent lui a permis de construire une maison pour sa famille. Il n’a pas entendu parler de l’étude slovaque, et peu lui importe.

Ruxandra Stanescu est correspondante pour le magazine n-ost, spécialisé sur l'Europe de l'Est. 

Photos : Une : (cc) Ronny Stiffel/flickr; Texte : (cc) Corinna A. Carlson/flickr, (cc) Uwe Hermann/flickr