Style de vie

Café con hielo : le bruit des glaçons 

Article publié le 8 décembre 2015
Article publié le 8 décembre 2015

Tandis que certains s’échinent à faire baisser la température de deux degrés, l’Espagne a depuis longtemps trouvé la solution aux fortes chaleurs. La recette ? Le café con hielo ou l’expresso avec deux glaçons dedans. Une Française expatriée à Madrid brise la glace.

Le charme de l’Espagne réside très certainement dans ces innombrables petits verres qui peuplent les bars de quartier. On y sert le soir les traditionnelles « cañas» (vingt centilitres de bière) et le matin, les cafés du petit déjeuner et de la pause de onze heure. Presque toujours des cafés au lait, parfois avec le lait chaud, parfois froid, parfois tiède et parfois à température ambiante. Parfois très peu, parfois beaucoup. Un éventail d’états du lait pour que chacun trouve son café à son goût. 

Quand arrive l’été, toute cette minutieuse organisation est réformée. À première vue, pas grand-chose ne change. Le garçon apporte à votre voisin de table son café fumant habituel, cette fois dans une petite tasse blanche et dépose à coté un grand verre avec deux gros glaçons dedans. Votre voisin ne semble pas surpris par l’arrivée de ce nouveau récipient : il saisit la petite tasse et en verse le contenu sur les glaçons d’un mouvement de poignet rapide et décidé. PSHHHHHHH. Café con hielo. Café del tiempo à Valence – le café d’un temps seulement, celui de l’été - où ils laissent échouer parmi les glaçons une belle rondelle de citron.

Si cette coutume vous surprend c’est que vous n’avez jamais mis les pieds à Madrid, Barcelone, Séville ou Cadiz pendant les mois d’été. Dans ces villes ardentes, l’addiction à la caféine et les intenses chaleurs se soulagent à l’aide de la version locale du café glacé. 

Pour moi, c’est comme observer quelqu’un qui coupe les légumes très rapidement, qui tricote sans regarder ses doigts ou qui sait faire des tractions : j’ai envie de reproduire ce geste assuré pour briller en société. Mais n’est pas Espagnol qui veut, j’ai beau verser mille petites tasses blanches dans mille verres avec des glaçons, je continue d’en mettre partout à côté.

Une certaine idée du café.