Style de vie

Ça me fait une belle jambe

Article publié le 30 septembre 2009
Article publié le 30 septembre 2009
Votre interlocuteur blablate et vous vous en foutez ? Les expressions pour lui dire en Europe.

Les Français coupent court à la banalité d’un monologue par la banalité. Fruité, dans le ton et dans la forme, le « Et moi j’ai mangé une pomme ce matin » doit refermer un caquet trop bavard. Fidèles à eux-mêmes, les Allemands ne jurent que par la Curry Wurst. « Ça m’est saucisse », lancent-ils à leur tour : « Das ist mir Wurst ». Sur Internet, des forums attribuent cette expression à Bismark qui, lors d’une discussion sur le titre qu’il convenait de lui attribuer, il aurait lancé : « Est-ce que quelqu'un peut me dire comment on dit saucisse en latin ? » Mais les Allemands conjuguent aussi le quelconque grâce à l’expression « Das ist doch Jacke wie Hose » : « C'est veste ou pantalon pour moi ». 

Dans un registre plus intello, les Allemands, toujours, parviennent à mettre KO leur interlocuteur par le langage codé des mathématiques. Appelé ça le bluff des propos pompeux : « Cela ne me concerne qu’en périphérie » (« Das tangiert mich peripher »). Les Français sont moins cérébraux : « Ça ne lui rendra pas la jambe bien faite », disaient-ils auparavant en faisant référence aux pattes du coq qui symbolisent l’orgueil. Aujourd’hui, pour aller droit au but, l’expression s’est vulgarisée pour devenir « Ça me fait une belle jambe ! »

Quand vraiment, la voix suraigüe de votre interlocuteur vous empêche de profiter des dernières précieuses minutes de sommeil dans le bus, les Polonais ont des idées noires : « Ça me pend », pensent-ils à haute voix (« wisi mi to »). Les nerfs qui lâchent peuvent inciter à des propos davantage vulgaires. Les Français « s’en branlent ». « Ça passe à côté du cul » des Allemands (« das geht mir am Arsch vorbei »). Les Polonais en ont également « plein le cul » (« mam to w dupie ») ou « pisse sur quelque chose » (« olewam to » ou « leję na to »). Et les Anglais « ne donnent pas de merde » : « I dont give a shit » ou s’en prennent « au cul du rat » : « I couldn’t give a rats ass ». A vous de choisir si vous préférez donner dans le velours ou être sec et direct, selon l’humeur, le temps et l’intonation… Mais attention, on pourrait vous hurler dessus en retour : « I couldn't give a hoot », rajoutent les anglais.