Style de vie

A prendre ou à laisser

Article publié le 2 septembre 2014
Article publié le 2 septembre 2014

L’été touche à sa fin. Certains frémissent à l’approche de la rentrée, alors que les problèmes de logement ne sont pas toujours réglés. En effet, partir à la recherche son nid douillet peut parfois être un véritable cauchemar. À la fin du mois d’août, l’IFOP a publié un sondage au sujet du logement chez l’habitant qui constitue parfois une alternative séduisante pour les jeunes.

Location chez l’habitant : nouvel eldorado ?

Chambrealouer.com fête ses cinq ans. Le site a été créé afin d’ouvrir de nouvelles perspectives en matière de logement et donc booster le principe de la location chez l’habitant, encore peu exploité en France. Première cible, les jeunes. Dans un sondage, l’IFOP révèle ainsi que ce sont les étudiants qui sont les principaux intéressés - suivent les vacanciers. Pour une longue ou une courte durée, la location chez l’habitant se présente comme attrayante en période de chaos économique : pour le loueur c’est une façon d’augmenter ses fins de mois, et pour l’étudiant, c’est l’occasion de réduire le budget alloué au loyer – ou alors de rien payer, avec en contrepartie des services à assurer comme les tâches ménagères. Pour beaucoup, le départ de l’enfant parti faire ses études a constitué l’opportunité clé pour mettre en location une chambre restée vide.

Ensuite, viennent les rencontres. Pour un loueur, la deuxième raison de proposer une chambre au sein de son domicile, c’est la vie en communauté. Sur le site, on retrouve les témoignages de différentes personnes s’étant essayé à l’exercice. En bref, la location devient un moyen de rencontrer de nouvelles personnes : « un thésard égyptien, une urbaniste chinoise, des baroudeurs » entre autres.

« Consommation collaborative »

Le mot-clé de chambresalouer, c’est la « consommation collaborative », un terme encore obscur pour pas mal de gens selon le sondage de l’IFOP. Aussi appelé « économie du partage », ce mode de consommation alternatif gagne néanmoins en succès chaque année et peut se définir comme l’échange et le partage de biens ou de services entre particuliers. À l’heure d’Internet et de la crise, la consommation collaborative ne s’est jamais aussi bien portée et témoigne d’un intérêt renouvelé pour la communauté – ainsi que pour la débrouille. En effet, on s’est vite rendu compte que la possession d’un objet, par exemple une voiture, pouvait être à l’origine d’une nouvelle source de revenue. Bingo ! Alors que par le passé, ces échanges se réalisaient davantage au sein du cercle familial, ils se font aujourd’hui entre de parfaits inconnus.

Chasse aux appartements

Nouvelle piste pour les étudiants en mal de logement ? Un sondage d’IPSOS datant de 2011 révélait lui que le logement constituait la première préoccupation des étudiants, devançant par exemple l’accès à la mobilité internationale ou à la culture. Et surtout que 39% des étudiants avaient rencontré des difficultés pendant leurs recherches : loyers trop élevés, exigences en matière de garantie trop importantes, pénurie de logement etc. C’est plus d’un tiers des étudiants qui évitent parfois ces embûches en logeant chez leurs parents. Chez cafébabel, on vous propose notamment de nous faire part de vos galères en matière de logement à Paris, la capitale étant reconnue comme le lieu de toutes les prises de tête quand il s’agit de dégoter son chez-soi. Loyers exorbitants – compter entre 550 euros et 800 euros pour un studio de 15 à 20m² - et guerre entre les potentiels locataires à coup de dossiers administratifs bien remplis. À vos plumes !