Style de vie

A l’heure de l’apéro

Article publié le 27 avril 2009
Article publié le 27 avril 2009
L’apéritif est une tradition bien ancrée en Espagne, en Italie et en France. Un petit creux avant le dîner ? Voici quelques recettes pour tromper sa faim.

L’apéritif « ouvre l’appétit ». C’est du moins sa définition principale, bien que pour un Européen, ce terme d’origine latine soit surtout évocateur de gastronomie et de convivialité. Les tapas espagnoles en sont l’illustration parfaite. D’après les chroniques historiques, cette coutume, devenue aujourd’hui l’un des « incontournables » de tout séjour en Espagne, aurait été instaurée par le roi Alphonse X Le Sage au 13e siècle. Le monarque aurait imposé aux auberges de Castille, l’obligation de servir le vin accompagné d’un peu de nourriture afin d’éviter qu’il ne monte à la tête. A l’origine, la tapa (qui signifie « couvercle » en espagnol) était déposée sur la tasse ou la chope contenant la boisson afin de la couvrir et d’éviter ainsi que des insectes ne puissent s’y introduire. Le terme est resté. Depuis lors, le concept de tapa a évolué : les « patatas bravas », la salade russe, les olives et la charcuterie en sont quelques exemples. Normalement servies avant le déjeuner ou le dîner, leur grande variété et l’abondance de certaines portions font qu’elles ont très souvent tendance à se substituer au repas lui-même. 

Buffet à volonté en Italie

(ParaScubaSailor/flickr)En Italie aussi, l’apéritif est un temps fort de la journée. Avant le déjeuner, on a coutume d’offrir aux convives une simple boisson alcoolisée, à la saveur amère. Mais l’apéritif en tant que tel est surtout un événement social, qui clôture une journée de travail. Entre 18 h 30 et 21 h, la plupart des bars transalpins mettent à disposition des consommateurs de boissons alcoolisées un buffet en libre accès, proposant des mets variés. Par exemple, si vous prenez un cocktail à la fraise, qui coûte entre 6 et 9 euros, vous pouvez vous gaver de pâtes au pesto, de risotto, de raviolis ou d’autres plats tout aussi délicieux. A Milan, raconte Ambra, « presque personne ne mange à la maison le soir. Cela nous permet de revivre après dix heures passées au travail et dans le métro, sans interruption. »

En France, la boisson prend le dessus

L’apéro à la française laisse plus de place à la boisson qu’à la nourriture. Pour Mathilde Magnier, qui vit à Paris, c’est « presque un moment sacré ». Il a lieu en fin de journée, entre 18 h et 21 h, toujours avant le dîner. En général on boit de l’alcool : du whisky, du martini, de la bière, du vin… et l’on grignote des fruits secs, des petites tomates, des cacahuètes ou des chips. C’est l’occasion de se rassembler en famille, entre amis, de voir « tout le monde ». C’est surtout « le petit cadeau », qui permet de terminer chaque journée dans la joie et la bonne humeur. 

Recette de « patatas bravas » pour 4 ou 5 personnes

(AuE/flickr)- huile d’olive (1/2 litre) - sauce tomate (1/2 verre) - mayonnaise (1/2 verre) - 2 cuillerées à soupe de moutarde - Tabasco (à volonté) - sel - pommes de terre

Faites chauffer l’huile d’olive dans une poêle et plongez-y les pommes de terre, préalablement épluchées et coupées en dés, lorsque l’huile est encore tiède. Faites-les frire lentement avant d’élever la température en fin de cuisson pour qu’elles soient bien dorées. Egouttez et salez.

Préparation des sauces : mélangez la sauce tomate, la moutarde et le Tabasco. Mélangez séparément la mayonnaise avec une bonne dose de Tabasco (c’est parce que la sauce est très épicée que l’on dit des pommes de terre qu’elles sont « braves »). Présentation : disposez les pommes de terre dans une assiette et recouvrez-les de sauce, en prenant soin toutefois de ne pas mélanger les deux sauces.