Style de vie

2016 : « l'émigration intérieure » ou le hygge polonais

Article publié le 23 décembre 2016
Article publié le 23 décembre 2016

Quand on pense à toutes les tragédies de 2016, admettons qu'on se laisserait bien tenter par le concept du hygge. Bien dommage que cette idée du bonheur à la danoise ne soit qu'une gigantesque campagne marketing. Mais n'ayez crainte : cafébabel vous propose une alternative. Au lieu d'acheter des livres sur le mode de vie danois, laissez-vous emporter par l'émigration intérieure polonaise.

L'année 2016 nous a tous laissés au bord de la dépression. Alep, Mohamed Ali, Bagdad, Bowie, Brexit, Bruxelles, Leonard Cohen, Nice, Orlando, Prince, Trump, Zika... Des référendums stupides, des tragédies humaines, la mort de grandes personnalités, la guerre et la destruction : presque tous les jours, les médias nous ont submergés d'informations démoralisantes.

Rien d'étonnant donc au succès qu'a connu le hygge cette année. Comment ne pas avoir envie de se réfugier au coin d'une cheminée ou sous la couverture tout en sirotant du gløgg (vin chaud) ou en passant du temps avec ses proches face à cette vague d'informations oppressantes ? Mais la mode du hygge n'est pas arrivée par hasard. En réalité, ce sont les maisons d'édition britanniques qui sont à l'origine de la tendance. En organisant une campagne marketing agressive, elles sont parvenues à faire des livres sur le concept danois du bonheur des bestsellers. Le hygge n'a pourtant pas qu'une bonne connotation au Danemark, en particulier depuis que des groupes d'extrême-droite anti-imigrants se sont emparés du phénomène.

C'est pourquoi nous voulions vous proposer une alternative. Comme en 2016, les années 1980 étaient loin d'être l'âge d'or en Pologne. C'était loin d'être la fête. La loi martiale détruisait les rêves de l'opposition démocratique, et on pouvait se retrouver en prison plusieurs années pour « activités allant à l'encontre du gouvernement ». Rajoutons à cela la crise économique qui n'en finissait pas, la liberté de la presse inexistante puis un lourd sentiment d'impuissance et vous obtenez le meilleur concept de la loose du XXème siècle. La solution ? L'émigration intérieure (ou emigracja wewnętrzna en VO). Elle consiste à se tenir à l'écart de la vie publique, à ne s'entourer que d'amis et de la famille, et à profiter des plaisirs à sa disposition. Une version simple, triste et est-européenne du hygge. Voici donc quelques bonnes raisons d'abandonner les inventions danoises et de vous replier dans une émigration intérieure.

Le feu

Hygge : La cheminée est un élément essentiel du hygge. Comme on le sait, tous les foyers en sont dotés au Danemark. Leur entretien est pourtant coûteux et tout ça n'est pas très écolo.

Émigration intérieure : Osons le chauffage d'extérieur. Personne n'a dit que l'émigrant intérieur devait rester chez lui. Le brasero de fortune vous permettra - déjà - de profiter de l'air frais, même quand il gèle. Dit en passant, vous contribuerez au sauvetage des mines polonaises. En revanche, pendant que vos mains retrouvent des sensations, faites attention à ne pas croiser le regard d'un inconnu. Méditer sur son désespoir reste un exercice individuel.

Les livres

Hygge : Rien de tel que de se plonger dans une belle histoire ! Oublions les liseuses et autres tablettes, rien ne vaut le son, l'odeur et la sensation d'un livre... le mieux étant évidemment de lire une sorte de guide sur le hygge (cf. hyggeception). En dernier recours, un livre de cuisine scandinave devrait faire l'affaire.

Émigration intérieure : Sur ce point, la culture polonaise est similaire à la culture danoise. Le choix de la lecture est, quant à lui, différent. Nous vous recommandons fortement les ouvrages issus du samizdat. Important toutefois : il faut absolument que les publications se désagrègent dans vos mains et que leur contenu soit non-conformiste. Les œuvres politiques sont très utiles pour attiser votre sentiment d'impuissance. 

La boisson

Hygge : Une soirée avec un livre ou avec des amis sera toujours plus agréable si on y ajoute du vin chaud. Des oranges, de la cannelle, des clous de girofle et beaucoup de miel : un mélange qui réchauffe le corps et l'esprit bien plus en profondeur que n'importe quelles chaussettes en laine, couvertures et autres cheminées.

Émigration intérieure : La vodka est le fidèle compagnon de tous les émigrants internes. Consommée dans des petits verres appelés literatka, elle réchauffe beaucoup plus efficacement que le plus chaud des vins chauds. En bonne quantité, elle peut même aider à oublier la fin de l'année. Et tout ce qu'il s'est passé avant aussi, d'ailleurs.

___

2016, année pourrie ? Oui clairement. Mais ce n’est pas une raison pour rester là sans rien faire. La rédac a donc décidé de revenir sur la folie des douze derniers mois avec une seule règle bien précise : s’autoriser tous les droits. Fictions, histoires drôles et articles écrits en roue libre, Best Year Ever va même peut-être vous rendre nostalgique.