Strasbourg

L'Europe de l'Est dans un Combi

Article publié le 8 mai 2014
Article publié le 8 mai 2014

10 000 km à travers une vingtaine de pays d'Europe de l'Est, deux reporters co-pilotes, des dizaines d'interviews et un combi VW, c'est l'aventure du « Bulli Tour Europa » qui prend la route le 10 mai depuis Strasbourg pour six mois de terrain. A quelques heures du grand départ, on lance un dernier regard dans le rétro et on vous explique tout avant de desserrer le frein à main.

Les deux jeunes al­sa­ciens à l'ori­gine du "Bulli Tour Eu­ropa", Claire Aud­huy, au­teur et met­teur en scène de théâtre, ti­tu­laire d'un doc­to­rat à l'UDS, et Bap­tiste Co­gi­tore, jour­na­liste re­por­ter d'image, planchent sur le concept de­puis un an et demi. Di­plô­més de­puis quelques mois, c'est le pro­jet qu'ils sou­haitent prendre le temps de réa­li­ser avant d'être vrai­ment lan­cés dans le monde pro­fes­sion­nel.

« Bulli », c'est le petit nom donné au my­thique vé­hi­cule de voyage, em­preint de li­berté et d'éva­sion, fa­bri­qué en série par le construc­teur al­le­mand Volks­wa­gen. Rien d'éton­nant à ce que les deux ba­rou­deurs, dont le pro­jet est porté par l'as­so­cia­tion Rodéo d'âme, se tournent vers un combi quand l'idée est venue d'al­ler sur le ter­rain et ar­rê­ter de voir l'Eu­rope de­puis Stras­bourg. Claire avance, toute pé­tillante d'en­thou­siasme, être « convain­cue d'être Eu­ro­péenne mais je ne sais pas ce que c'est. Je ne veux plus ob­ser­ver de notre tour d'ivoire mais com­prendre quels sont les rêves des Eu­ro­péens, leur vie quo­ti­dienne, ce que l'on par­tage en­semble ».

Au vo­lant du combi les mains dans le cam­bouis 

La pe­tite ca­mion­nette, qui ri­va­lise d'in­gé­nio­sité pour faire tenir, dans 3 mètres car­rés, les presque deux mètres de haut de Bap­tiste, le ma­té­riel radio et video de qua­lité, les six mois de vie com­mune et un jer­ri­can de se­cours pou­vant conte­nir 20 L de car­bu­rant, a été dé­ni­chée sur Le­Bon­Coin. « Après des mois de re­cherches par­tout en France, nous avons pris contact avec un ven­deur ha­bi­tant... dans le Haut-Rhin ! Ce col­lec­tion­neur a tout de suite été sé­duit par le pro­jet et nous a cédé le combi da­tant de 1978 pour un bon prix » ex­plique Claire. A par­tir de là, la course à la pièce dé­ta­chée n'a fait que com­men­cer. La fa­bri­ca­tion de ce type de vé­hi­cule a dé­fi­ni­ti­ve­ment cessé fin 2013 alors que les der­niers Bul­lis sor­taient des chaînes de mon­tage en Amé­rique du Sud. Main­te­nant, ce sont la dé­brouillar­dise et l'en­traide qui priment entre pro­prié­taires de com­bis. Le mo­teur a été re­fait à neuf et l'échange de pièces va bon train, les deux com­pères ont même suivi des cours de mé­ca­nique pour parer à l'im­prévu, ce qui n'ef­fraie par Claire. «  Nous comp­tons sur l'as­pect sym­pa­thique du pro­jet, si nous tom­bons en rade sur le che­min, il y aura tou­jours des gens pour s'ar­ran­ger » as­sure l'op­ti­miste jeune femme.

Les deux re­por­ters se sont as­su­rés des fonds propres, des spon­sors of­fi­ciels, du fi­nan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif et quelques par­te­na­riats avec des mé­dias lo­caux. Ils axe­ront leur tra­vail au­tour de trois thé­ma­tiques : iden­tité et mi­no­rité, théâtre et ré­sis­tance, mé­moires et na­tio­na­lismes. Pour cela, les contacts sur place dans les dif­fé­rents pays tra­ver­sés sont déjà noués avec les fixeurs et les tra­duc­teurs. Mais puisque le combi est en­tiè­re­ment équipé tel un stu­dio radio mo­bile, rien ne les em­pê­chera de pou­voir ré­agir à vif sur le ter­rain de l'actu au gré de leurs aven­tures. Et il risque bien de faire très « chaud » en Ukraine et en Bié­lo­rus­sie cet été quand « Bulli Tour Eu­ropa » em­prun­tera ces routes...

Ca­fé­Ba­bel Stras­bourg sou­haite bonne route au "Bulli Tour Eu­ropa" et se fera le re­lais de ses aven­tures à tra­vers la pu­bli­ca­tion de chro­niques à re­trou­ver éga­le­ment sur le site .

Sui­vez le dé­part du Bulli Tour Eu­ropa le 10 mai place Gutenberg à Stras­bourg de 11h à 13h

Ren­dez-vous men­suels : Les jeu­dis de l'Eu­rope, troi­sième jeudi de chaque mois Aux Sa­vons d'Hé­lène, 6, rue Sainte-Hé­lène à Stras­bourg