Strasbourg

Le vin le plus vieux du monde fait tonneau neuf

Article publié le 25 janvier 2015
Article publié le 25 janvier 2015

Le vin en tonneau réputé le plus vieux du monde, un blanc sec d’Alsace datant de 1492, a été mis dans un nouveau fût pour la troisième fois de son histoire.

La cave historique des Hospices civils de Strasbourg était en effervescence mercredi 21 janvier 2015 : son vin blanc sec d’Alsace daté de 1472 – le vin en tonneau le plus vieux du monde – devait être transvasé dans un nouveau fût.

« L'ancien était à bout de course et laissait échapper des fuites », explique Thibaut Baldinger, le responsable de la cave historique des Hospices civils de Strasbourg, qui avait constaté que trois litres s'évaporaient par an. Hors de question de perdre ce vin historique. L’équipe de la cave a donc placé le breuvage dans une cuve en inox, en avril 2014, en attendant la fabrication du nouveau tonneau.

Le foudre devait lui aussi avoir une valeur séculaire. Xavier Gouraud et Jean-Marie Blanchard, tous deux tonneliers et meilleurs ouvriers de France, se sont attelés à la tâche. Ils ont voulu relever le défi de construire un tonneau de 450 litres à l'identique du dernier, en forme d'œuf. Ils ont utilisé du merrain de chêne français de l'Allier réputé pour sa résistance. « Cela nous a pris 200 heures de travail », soulèvent-ils. Ils sont parvenus à confectionner le nouvel écrin, de 1,17 mètre de long et 97 cm de hauteur, en seulement quatre mois.

Réservé aux grandes occasions

« Vous avez bien vérifié que la pompe ne laisse pas entrer d’air », s’inquiète Thibaut Baldinger avant de lancer l’opération. Le liquide est transvasé lentement, durant trente minutes, pour  éviter de l’altérer.

Si les breuvages contenu dans des amphores d’époque romaine s’avèrent plus âgés, ce millésime vieux de 543 ans peut s’enorgueillir de conserver encore tous ses arômes boisés et vanillés avec un degré d'alcool de 9.4%. « Mais avec un pH à 2,21, ce vin  est aussi acide que du vinaigre », lance Pelagie Hertzog, œnologue à la cave des Hospices, aux curieux avides d’y goûter.

Surtout que ce vin est réservé aux grandes occasions. Il a été servi à seulement trois reprises au cours de son histoire. Une première dégustation a eu lieu lors de la signature de l'accord d'assistance mutuelle entre Strasbourg et Zurich en 1576. Une deuxième pour la pose de la première pierre de l'hôpital civil en 1718. Le Général Leclerc a été le dernier à le savourer, à l'occasion de la Libération de Strasbourg en 1944.

Aucune autre dégustation n’est prévue pour l’heure. Les visiteurs désireux de s’en approcher pourront le contempler encore longtemps. Son nouveau foudre en bois, installé entre ses deux prédécesseurs derrière les grilles en fer forgé, a une durée de vie d’au moins trois cent ans. Le millésime est loin d’avoir terminé sa maturation.