Strasbourg

Expulsions de Roms ce qui s’est dit à Strasbourg

Article publié le 9 septembre 2010
Article publié le 9 septembre 2010
Propos recueillis par Tania Gisselbrecht et Jean-Baptiste Mathieu Pour illustrer le caractère passionné des débats qui ont eu lieu dans l’enceinte du Parlement européen sur la situation des Roms, CafeBabel Strasbourg publie un verbatim des propos prononcés dans l’hémicycle et recueillis dans les couloirs.

Hans Gert Pottering Parti Populaire Européen, ancien Président du Parlement,

« Je crois qu’il est important d’une part de défendre la dignité humaine, et de l’autre, la sécurité des citoyens. Je soutiens la démarche de la Commission qui vérifie si la France s’est conformée au droit européen. Avant de me prononcer, je veux connaître la position de la Commission ».

Livia Jaroka, Parti Populaire Européen

« L’expulsion de tout citoyen européen doit se faire au cas par cas, sur le fondement de décisions de justice appropriées ou sur la base du consentement libre, complet et informé des individus concernés. Une personne ne devrait pas être menacée d’expulsion simplement parce qu’elle est Rom ».

« La situation des Roms ne devrait pas être exploitée à des fins politiques. Les Roms doivent définir le cadre des discussions les concernant, exposer leurs problèmes et suggérer les mesures dont ils ont besoin. »

Bruno Gollnish, Non Inscrit

« Il y a un tabou, c’est évident, sur la corrélation entre insécurité et immigration. Par conséquent, oui, il faudrait des statistiques par nationalité, mais je dirais même par origine de nationalité parce qu’un des autres tabous de la société française, c’est la double nationalité. Il y a des milliers de doubles nationaux mais qui sont répertoriés comme français ».

Hannes Swoboda, Socialistes & Démocrates, réagit à l’expression de Brice Hortefeux « délinquance de nationalité roumaine »

« Le ministre Hortefeux est connu pour ses expressions de ce type au sujet de l’immigration. Ce n’est pas acceptable. Il faut que l’opinion publique européenne crie au scandale, pas seulement l’opinion publique française ».

Jo Leinen, Socialistes & Démocrates

« On ne peut pas tolérer dans l’Union Européenne une discrimination des groupes ethniques, religieux, des minorités. Ce qu’a fait Sarkozy n’est pas tolérable. La façon dont les Roms sont traités ne correspond pas à l’idée d’une France libre, ouverte et cosmopolite. C’est plutôt du populisme sinon du nationalisme qui n’offre pas une bonne image de la France. »

Sophia in’t Veld, Alliance des démocrates et libéraux pour l’Europe

« La Commission agit avec fermeté pour mettre en oeuvre les règles du marché intérieur. Elle devrait montrer la même fermeté lorsque les droits fondamentaux sont en cause. En qualité de Commissaire européen en charge des droits fondamentaux, vous devez agir Madame Reding au nom des citoyens, pas pour le compte des Etats. »

Hélène Flautre, Les Verts

« Mme Reding (Commissaire européenne en charge des droits fondamentaux) vous devez montrer que la Charte des droits fondamentaux est autre chose que du pipeau ! »