Sofia

Sofia: Belle de nuit

Article publié le 14 décembre 2009
Article publié le 14 décembre 2009

Une soirée typique à Sofia se compose de trois étapes: 1) préparation (quelques verres, en s’habituant à des lieux bruyants), 2) danse jusqu’au bout de la nuit, 3) discussion de récupération. On se retrouve d’habitude entre amis vers 22h. On reste dans une première boîte jusqu’à minuit puis dans quelques autres jusqu’à 5h ou 6h du matin, à l’heure d’un diner tardif ou petit-déjeuner matinal.

Studenski Grad, ou en es-tu à la hauteur ?

Pour profiter au maximum de la soirée, on commence en général par un verre ou deux dans un bar. Les endroits où l’on peut sortir se situent pour la plupart dans deux zones de la ville : le campus des étudiants (appelé « Studenski Grad » ) et bien sûr le centre de Sofia. Voici un petit conseil : en général, une nuit à Studenski Grad n’est ni calme ni sophistiquée, car vous êtes entourés à la fois par trop de monde et trop de trop jeunes. Mais y aller vous garantit de rentrer à l’aube et avec une bonne gueule de bois. De plus, si vous êtes normalement bien constitués, vous vous trouverez forcément confrontés aux attitudes engageantes du sexe opposé et la nuit est alors imprévisible. Personnellement, je trouve que le « Bar at the End of the Universe » (Studentski Grad, bl 34B) est un bon endroit pour débuter la soirée. Une grande diversité de cocktails est proposée, avec 10 % de réduction grâce à la carte ISIC. Si vous y allez avant 22h, vous pouvez même profiter d’un bon dîner pour un prix relativement faible (2,50 euros pour des spaghettis bolognaises). Les cocktails, de toutes les couleurs, sont même parfois à moins de 2 euros. Pour la suite de la soirée, la discothèque Plaza (1 rue Atanas Manchev) permet de choisir entre les musiques de deux différentes salles : l’une d’entre elles est réservée à la fameuse « tchalga » -un mélange de folklore bulgare et de musique pop. Cela peut s’avérer être assez amusant et promet des vêtements volants dans les airs et des danseurs et danseuses provocants à souhait. L’autre salle réserve toujours des surprises, entre le rétro, la musique afro-américaine ou les soirées karaoké. A quelques rares exceptions près, l’entrée est gratuite. Un whisky ou une vodka coûte environ 3 euros. Soyez à l’affût des promotions car elles peuvent parfois aller jusqu’à diviser le prix d’une bouteille de vodka par deux.

Cependant si vous avez plus de vingt-cinq ans, je vous conseille de prendre rapidement un taxi pour aller dans le centre de Sofia. Il y a une ligne de bus qui relie Studentski Grad au centre jusqu’à minuit, mais partager un taxi ne sera pas très cher, la course coûtant moins de cinq euros.

Sofia centre

Vous pouvez prendre un verre au « Chill Out Café » (5 rue Triadica). Vous y trouverez de la bonne house et une grande variété de cocktails. Ici, les prix sont un peu plus élevés mais on peut toujours boire pour 3 ou 4 euros. On reste en général dans ce bar jusqu’à minuit-1h avant de partir en boîte. « My Mohito » (12, rue Ivan Vazov) a toujours été un bon choix – le lieu où mettre en pratique ses talents de danseurs, aux sons d’un mix réussi entre rétro et house. Pour ceux d’entres nous dont l’énergie est inépuisable, la soirée continue dans un endroit qui est personnellement mon préféré à Sofia : le club « Chervilo » (9 boulevard Tsar Osvoboditel) – une vraie boîte « in » qui accueille certains des meilleurs DJs du monde. L’entrée varie de 5 à 20 euros, mais en vaut toujours la peine. Vous pouvez en profiter jusqu’à 6 ou 7h du matin, voire plus tard. Une fin de sortie habituelle consiste en une bonne soupe de poulet à « Pizza Victoria » juste à côté, où on tente de résumer la soirée, car il se passe toujours beaucoup de choses en une nuit. Les premiers bus à 6h sont un indicateur sûr d’une bonne soirée, et l’heure est alors au repos à la maison.

Une promesse importante est faite à chaque fin de soirée, « je ne boirai plus jamais », et on ne manque jamais de la respecter… jusqu’au weekend suivant !

Tsvetomira Vacheva

Traduction de l’anglais par Elena Dalibot