Société

Zombie walk: ils reviennent...ils veulent...une retraite !

Article publié le 18 octobre 2010
Article publié le 18 octobre 2010
Il fût un temps où les manifestants se déguisaient en clown. Ce samedi 16 octobre, ce sont des zombies qui ont investi la manifestation pour le retrait de la réforme des retraites en France... Quand même les morts reviennent défendre leurs droits, le gouvernement français peut-il continuer à faire la sourde oreille ?

« Sarko, t‘es foutou, les zombies sont dans la rue! » pouvait-on lire samedi 16 octobre à Paris sur un panneau porté par un jeune garçon vomissant des litres de sang. La peau du visage à moitié brûlée, les vêtements pleins de terre et de pus, il avance dans les rues parisiennes en titubant, côtoyant une centaine d’autres figures effrayantes. Devant, un véhicule crache la musique rock d’un groupe déguisé en monstres. A la différence des zombie walks américaines dont elle s’inspire, la troisième zombie walk parisienne n’a rien d’ apolitique. « Pas content! » scande un panneau, auquel répond un autre qui promet la « retraite à 600 ans » !. La première zombie -walk a eu lieu à Sacramento en 2001, en marge d’un festival de film d’horreurs, mais très vite, de nombreuses zombies walks ont été organisées aux quatre coins du monde, en réponse au succès de nombreux films sur les zombies. Voilà trois ans que Paris est infestée chaque année de zombies, mais c’est la première fois que les revenant portent un message destiné aux vivants.

Peur de l'avenir

Quelques rues plus loin dans la capitale française, la scène se répéte, à un détail près : les slogans sont là, mais le sang et les scarifications ont disparus . « Sarko, t‘es foutou, la jeunesse est dans la rue! », retrouve-t-on sur les panneaux des jeunes manifestants contre la réforme du système des retraites. Coïncidence ou non, en même temps que les zombies, c’est toute la France qui défilait dans les rues pour faire reculer le gouvernement français sur la réforme des retraites. Parmi eux, 25.000 jeunes selon l’Unef, premier syndicat étudiant.

Les zombies, des avant-gardistes ?

De qui Sarkozy doit-il avoir peur ? Celui qui disait ne craindre qu’une chose, que la jeunesse se joigne à la grogne sociale, ferait peut-être bien de trembler devant la présence de morts-vivants dans les rues. Car qui sont ces zombies sinon des jeunes qui masquent leur peur de l’avenir derrière des costumes de films d’horreur ? Les années précédentes, les manifestations françaises étaient parfois animées par des clowns : l’arme des manifestants était jusque-là le rire. Alors que les clowns se métamorphosent en zombies, l’Elysée ferait peut-être bien de revoir ses classiques, Resident Evil, Land of the Dead et Zombieland - et de revenir sur sa réforme qui vise à reculer l'âge de la retraite - s’il ne veut pas se retrouver avec des retraités de 600 ans sur le dos !

Photo : Une : wvs/Flickr