Société

Viviane Reding contre le club des machos européens

Article publié le 23 septembre 2010
Article publié le 23 septembre 2010
Nicolas Sarkozy n’a pas aimé que Viviane Reding, la Commissaire européenne à la justice, aux droits fondamentaux et à la citoyenneté, ose critiquer les expulsions de Rroms en France – et elle n’y a pas été de main morte ! La « grande nation » a fait la tête, a demandé des excuses et N. Sarkozy a contre-attaqué. V.
Reding laisse maintenant entendre que les réactions à ses déclarations auraient peut-être été moins vives si elle avait été un homme. Bienvenue au club des machos européens !

En ce moment Viviane Reding n’a pas la tâche facile. Mi-septembre, elle a reproché à la France de cibler les Rroms dans sa politique d’expulsion des étrangers, ce, en raison de leur appartenance ethnique. Et a eu le malheur de faire des comparaisons avec la Seconde guerre mondiale. Ses remarques ont suscité des réactions unanimes dans toute l’Europe. Trop, c’est trop. Silvio Berlusconi a accouru derechef à la rescousse de son ami Nicolas. Le problème des Rroms n’est pas que français, a-t-il laissé entendre. Il est vrai que depuis 2008 l’Italie se chamaille avec la Commission sur cette question.

N. Sarkozy s’est moins embarrassé de diplomatie et a recommandé à V. Reding d’accueillir les Rroms dans son propre pays, le Luxembourg. Sur ce point, le sénateur français Philippe Marini en a remis une couche en déclarant que c’est une tâche « très confortable d'être ministre ou commissaire représentant le Luxembourg ». En ajoutant, pour conclure, « le Luxembourg, ce pays qui n'a même pas besoin de recouvrer ses impôts. »

Le remake d' "Erin Brockovich, seule contre tous" ?

Regarder le discours controversé de Viviane Reding sur la question des expulsions de Rroms en France

Jean Quatremer a, quant à lui, un problème d’une toute autre nature avec V. Reding. Le correspondant à Bruxelles du quotidien français, Libération, râle. Il serait pour lui « scandaleux » que V. Reding ait proféré ses accusations en anglais et non en français.

Viviane Reding se sent « renforcée » par la polémique des dernières semaines. Elle constate quand même que « si un homme tape du poing sur la table, il est viril, il se défend, alors que si une femme fait de même, elle est hystérique ».

Il est intéressant de constater que Monsieur Sarkozy démontre justement le contraire : même des hommes qui tapent sur la table se montrent parfois hystériques.

Photos : Une(cc) Clint Gardner; Viviane Reding (cc) europeanpeoplesparty/ tous deux via Flickr