Société

Vienne : bienvenue dans l'université du futur 

Article publié le 14 octobre 2013
Article publié le 14 octobre 2013

Le nouveau campus de l’université d’économie de Vienne a officiellement ouvert ses portes début octobre. Réparti sur plus de 9 hectares, il répresente désormais le plus grand campus d'Europe et - allons-y - le plus innovateur du monde. Visite guidée dans un monde où la science ne rime plus avec fiction.

Les expériences vertigineuses de Prater, un vaste parc public de Vienne, ne se limitent plus seulement à son parc d’attraction. Oubliez la roue géante viennoise, la Maison des Horreurs ou la célèbre Tour de Prater. De nouveaux frissons vous attendent au coin de chacun de ces lieux de divertissement (désormais) désuets. Mesdames et messieurs, ce que vous vous apprêtez à vivre est une plongée dans la vie du XXIIe siècle.

« Penser autrement »

Le campus futuriste, au style mosaïque, tordu et bigarré, est l’incarnation de « l’internationalisation, l’innovation et la diversité » que les responsables de l’université d’économie de Vienne (Wirtschaftsuniversität, WU) décrivent  comme étant au cœur de leur « vision pour une université moderne ».

Conçus par six bureaux d'étude différents (issues de six pays différents en Europe et du Japon), sous la supervision de la compagnie architecturale de Vienne BUS, les six bâtiments du campus sont le fruit du travail de divers architectes renommés tels que l’Irano-Britannique Zaha Hadid ou le Japonais Hitoshi Abe. Après 4 années de labeur et 500 millions d’euros dépensés, le nouveau campus est prêt à remplacer les anciens bâtiments délabrés datant des années 1970. Aujourd'hui, il peut accueillir 25 000 étudiants et plus de 1 500 employés.  

Plus besoin de faire la navette entre les départements de l’université ou d’errer à travers les couloirs sombres et étroits. Le nouveau campus à la conception spacieuse est situé dans un endroit où bars, boulangeries, restaurants et terrains de sport sont à la portée de tous. Selon les architectes, cela favorisera la communication, améliorera le flux d’idées et « créera une ambiance de travail stimulante pour les chercheurs », les aidant à « penser différemment ». 

Qui plus est, ce sont les étudiants et les chercheurs qui sont véritablement au cœur des préoccupations du projet. Le guide qui accompagnent les curieux visiteurs autour du campus (oui, vous pouvez souscrire à une visite spéciale du campus ici) décrit la manière dont les architectes ont répondu aux besoins des futurs étudiants de la WU. « Nous avons des "salles de silence" spéciales faites de béton et de verre pour ceux qui ont besoin de paix et de tranquillité pour apprendre et travailler. Lire des livres n’est pas suffisant si vous n’avez aucun endroit pour permettre à ces pensées de mûrir. Nous avons créé cette salle spéciale avec une vue panoramique sur Prater afin de permettre à nos étudiants un développement (mental) approprié. »

Initier une rapide restauration

Tout au long de sa longue et tumultueuse histoire, Prater a servi de terrains de chasse pour l’aristocratie. Puis il est devenu le lieu de l’Exposition Universelle de 1873. Témoin de rendez-vous galants entre les élèves officiers et les blanchisseuses, il est devenu un temps, un endroit de récréation pour les enfants qui venaient assister aux spectacles de marionnettes favoris.  

Bombardé et partiellement détruit durant la Seconde Guerre Mondiale, le parc a depuis été reconstruit pour ressembler à Central Park mais avec un parc d’attractions. Pourtant, il ne s’agira pas là de la fin de son évolution. « Le quartier de Prater est entouré de zones plutôt négligées, comme le quartier rouge voisin. En construisant un campus nouveau et moderne avec des restaurants, des magasins et des bars, le conseil municipal veut accélérer le processus de restauration des districts », explique Adam, un économiste de l’université. « Le campus de WU est désigné pour devenir le nouveau visage moderne de Vienne. »

En effet, la conception futuriste des bâtiments a déjà attiré l’attention du monde entier. Sa structure innovatrice, ainsi que l’innovation écologique fort du respect d'une poignée de labels écologiques locaux et internationaux (« plus de 50% du chauffage nécessaire et de l’énergie de refroidissement seront obtenus grâce à l’utilisation de l’énergie géothermale », nous indique la page officiel de WU), sont les signes évident de la réussite du projet. Voilà qui pourrait aider Vienne à devenir l’une des principales villes intelligentes dans le futur.