Société

Videos : les sous-titres s’il vous plait !

Article publié le 6 mars 2008
Publié dans le magazine
Article publié le 6 mars 2008
Logique, les politiciens européens sont tous censés parler plusieurs langues. En pratique, ils galèrent, mais se lancent puisqu’ils n’ont pas le choix. A la clé, de grands moments de bravoure.

Zapatero, bonzaï !

Des phrases bien construites, une langue parlée couramment, un accent qui ne ressemble ni à celui de Brown, ni à celui de Sarkozy. Zapatero, le cordonnier (c’est ce que signifie son nom en espagnol), fait part de ses pensées sur les bonzaïs. Il nous laisse aussi apprécier son français parfait, devant le Parlement gaulois. Une scène qui n’a pas de prix.

Sarko, money, money, money...

Plutôt tranquille d’être Nicolas Sarkozy : président de la France, petit chéri de la presse people, marié à un ancien top model italien… Rien à redire ! Mais il y a de quoi ricaner en coin quand on l’entend prendre ici la parole en anglais et encourager les investissements en « Francs ». Tout le monde y fait de l’argent !

Aznar, un traducteur ?

Sortez les dicos Aznar-Inglish, Inglish-Aznar. L’ancien président espagnol donne une conférence, accrochez-vous !

Pologne : welcome everybody

Nos amis polonais montent des petits films très perfectionnés pour se moquer de leurs politiciens préférés et de leur accent anglais. Comme ici, celui de Wojciech Olejniczakn, le président du parti social démocrate, qui nous adresse une très chaleureux « bienvenue ».

Berlusconi en itanglish

Berlusconi est un adepte patenté de l’Itanglish. Au cas où il ne soit pas très sûr de son accent, Debeliou Bush, se charge de le brosser dans le sens du poil.

Et le petit chinois

Pourquoi pas le Japonais ? Vous ne pourrez pas vous empêcher de voter pour Mini-Me : il s’est présenté, sans succès, aux élections du gouverneur de Tokyo, avec un programme très simple : « Détruisons le pays, maintenant ! » Très constructif…

Photo en Une :(nunocardoso/Flickr)