Société

Toulouse : distinguer l'islamisme de l'islam

Article publié le 22 mars 2012
Article publié le 22 mars 2012
Après plus de 30 heures de siège, les unités spéciales de police ont donné l'assaut jeudi matin contre le domicile de Mohamed Merah, l'auteur présumé des attentats de Toulouse. Le suspect, qui se présentait lui-même comme un islamiste, est mort au cours de l'intervention.
Mais l'islam n'est pas responsable des actes d'un fanatique, estiment les commentateurs, qui soulignent les similitudes entre l'islamisme et l'extrême droite.

Pražský deník - République tchèque : « Qu'Allah, Jésus, Bouddha nous protègent de tels individus. »

Le tueur présumé de Toulouse, Mohamed Merah, s'est revendiqué islamiste. Cela ne doit pas être l'occasion de condamner une nouvelle fois l'islam, estime le quotidien libéral Pražský deník, car les meurtriers de ce type sont avant tout des fanatiques : « Face à de tels évènements, l'opinion publique a toujours tendance à réagir spontanément en condamnant en même temps que le meurtrier la foi au nom de laquelle il a commis ses crimes. … On oublie en cela que le meurtrier agit en contradiction avec sa religion. Au final, la grande majorité de ses coreligionnaires ne sont pas des tueurs. Ce ne sont pas l'orientation spirituelle ni la vision du monde qui sous-tendent de tels actes terroristes, c'est bien plus le fanatisme. Tous les fanatiques ne tuent pas, mais ils empoisonnent tous leur environnement. Ils sont intolérants Qu'Allah, Jésus, Bouddha, imposent leur opinion aux autres, agissent de manière ciblée, vaine et arrogante. et toutes les forces de la société nous protègent de tels individus. » (Article publié le 22.03.2012)

La Stampa – Italie : « Un soldat de l’intifada quotidienne »

Après avoir soupçonné l'extrême droite d'être derrière la tuerie de Toulouse, il semble désormais qu'il s'agisse d'un attentat commis par un islamiste. Ces deux extrémismes ont en fait beaucoup en commun, estime le quotidien libéral La Stampa : « C'est finalement un disciple dérangé d'Allah qui se cache derrière l'horreur de Toulouse. Pas un para néonazi généré par la part d'ombre de l'histoire française, mais un soldat de l'intifada quotidienne qui sévit dans les banlieues. Comment est-il possible que deux mondes aussi différents, voir totalement opposés, aient pu être évoqués pour expliquer les deux massacres ? Les deux sont tout aussi plausibles. Le terroriste islamiste et le néonazi appartiennent tous les deux aux tréfonds de notre société. Deux cauchemars radicalement différents mais qui cohabitent sans se rencontrer. Deux cauchemars qui se renforcent et se complètent mutuellement. » (Article publié le 22.03.2012)

Le Soir – Belgique : Faire son Merah culpa

Pour éviter que des tueries comme celle de Toulouse se reproduisent, il est urgent de se pencher sur les conditions du vivre ensemble entre les différentes cultures et religions, demande le quotidien de centre-gauche Le Soir : « Que l'acte soit isolé ou non, fou ou non, la question du vivre ensemble se pose, urgente. Elle se pose notamment au sein du monde arabe et musulman, otage des dérives des siens. C'est peut-être la seule conséquence positive de ces événements, qui démontrent que ce n'est qu'ensemble, modérés et démocrates de tous les bords qu'on apportera des réponses efficaces. Face à ce geste qui divise et qui tue, il faut plus que jamais trouver le moyen de construire des ponts. De tisser un filet solide qui récupère les êtres en perdition. » (Article le 22.03.2012)

Neue Zürcher Zeitung – Suisse : Al-Qaida fait peau neuve

Les meurtres perpétrés dans le sud de la France montrent que le djihad international change de stratégie et mise davantage sur des combattants isolés, estime le quotidien libéral-conservateur Neue Zürcher Zeitung : « Al-Qaida est affaiblie et n'est plus capable de mettre en œuvre des attentats de dimension internationale comme ceux ayant touché le World Trade Center. … Parallèlement, une méthode qui était avant une parmi d'autres passe au premier plan. Al-Qaida et d'autres groupuscules encouragent leurs combattants à rentrer chez eux et à agir individuellement. Le principal souci des autorités n'est donc pas une répétition des évènements du 11 septembre. Des tueries, à la limite floue entre terrorisme organisé et actes désespérés d'auteurs isolés dérangés, sont plus vraisemblables. Toulouse montre que si de telles attaques ont des conséquences limitées, elles peuvent néanmoins mettre tout un pays en état de choc. » (Article publié le 22.03.2012)

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

Photos : (cc) CowGummy/personal website Steven Meyer-Rassow; Texte:  'Shoot the Freak' à Coney Island(cc) jpellgen/ official twitter site/flickr