Société

Thilo Sarrazin est-il le Geert Wilders allemand ?

Article publié le 20 septembre 2010
Article publié le 20 septembre 2010
Depuis des années, l’ancien sénateur, membre de la Commission des finances à Berlin et du directoire de la Banque fédérale allemande (Bundesbank), polémique contre les musulmans d’Allemagne. Il était question du nombre grandissant des jeunes filles portant le foulard. Maintenant, c'est au tour des immigrés turcs, « qui se reproduiraient comme des lapins ». T.
Sarrazin a exposé ses thèses dans un livre intitulé Deutschland schafft sich ab (L’Allemagne court à sa perte) paru fin août. Dit-il tout haut ce que l’Allemagne pense tout bas ou mérite-t-il tout simplement l’étiquette de raciste pur et dur ?

Les discussions sur l’intégration en Allemagne peuvent être entachées de beaucoup d’erreurs. C’est une erreur de n’oser aucune critique par prudence frileuse ou honte. Mais il est impardonnable de répandre l’animosité et le défaitisme au sein d’un pays. Il est bien que le thème de l’intégration redevienne conscient, mais il aurait été mieux de le faire prudemment et sans préjugé. Parce que Thilo Sarrazin appuie là où cela fait mal. Parce que tous les parasites de droite se frottent les mains. Et peuvent désormais remercier ce membre du SPD pour le travail accompli.

Dans son livre il parle de la faillite de la politique d’intégrationNous devrions plutôt dans l’immédiat rechercher un objectif commun. Il est indispensable de répondre à la question « A quoi doit ressembler l’Allemagne dans 30 ans ? » et c’est tous ensemble que nous devons chercher la réponse. Notre ligne de conduite pourrait être la suivante : pour garantir une vie commune paisible, la cohabitation doit tenir ses règles : les lois, les traditions, la langue nationale, l’autodétermination, les droits fondamentaux et la pluralité des opinions, pour n’en citer que quelques unes. Celui qui est prêt à les respecter, à les faire siennes, à apporter sa contribution à un avenir viable et durable, est le bienvenu en tant que concitoyen. Cela vaut pour chacun, qu’il soit ou non né en Allemagne, que son passeport allemand soit récent ou plus ancien. Et peu importe où ses ancêtres sont nés.

Si nous nous sommes mis d’accord sur un but commun, il faut, et c’est là que se situe le désastre potentiel, que nous soyons capables de dire où nous en sommes aujourd’hui. Seule une commission objective peut le faire. Le livre de T. Sarrazin L’Allemagne court à sa perte n’a aucune valeur dans une discussion sur l’intégration. Il faut juste lui concéder qu’il nous amène à réfléchir.

(Commentaire de Hartmut Greiser)

Réactions européennes



Clémence, France, 26 ans :

« Question : Sarkozy ne serait-il pas le Thilo Sarrazin français ? Rien de sensé ne ressort lorsque l’on diabolise une catégorie de la population. En temps de crise toutefois, cela se voit de plus en plus souvent. Du moins l’Union européenne est-elle pour une fois moins montrée du doigt. Belle manœuvre de diversion ! »

Andrea, Italie, 25 ans :


« Ironie du sort, par son nom, Thilo Sarrazin rappelle les Sarrasins, nom donné en France à l’époque médiévale aux envahisseurs de confession musulmane. Peut-être Thilo Sarrazin devrait-il dessiner son arbre généalogique, avec l’assistance de la génétique, il pourrait sûrement remonter la trace de ses ancêtres. »

Michaela, Bulgarie, 24 ans :


« Beaucoup de musulmans et d’autres groupes d’immigrants se sont parfaitement intégrés en Allemagne mais beaucoup d’Allemands sont aussi antisociaux. Les généralisations ne peuvent jamais, malgré tout, servir de base à de saines décisions. Oui, définitivement, il est raciste ! »



Emmanuel, France, 24 ans :



« Sarrazin n'est pas politiquement aussi bien implanté que Geert Wilders en Hollande, semble-t-il, vu qu'il n'est plus engagé en politique contrairement au beau blond batave. Par contre, sa présence est un nouveau révélateur de l'islamophobie européenne. D'aucuns parlent de choc des civilisations, d'autres sont beaucoup plus sceptiques face à la montée du populisme de droite, comme l'explique très bien le TAZ. Quoiqu'il en soit, cette voix ne peut être ignorée et rejetée du débat public car, comme le dit le journaliste du TAZ, le populisme, espérons-le, contient les éléments de son propre échec. »



Roberto, Italie/Allemagne, 37 ans :


« Le fait qu’il s’agisse de l’ Allemagne et qu’un fasciste puisse avoir droit de cité montre que l’Allemagne et l’Europe n’ont rien appris du temps du fascisme. Sans quoi Thilo Sarrazin ne serait pas photographié, interviewé et observé, mais livré à l’opprobre général de tous les Européens. Déchu de ses privilèges et puni comme il le mérite. »

Photos: Artikellogo ©ozgurmulazimoglu/flickr; Kopftücher ©Travel Aficionado/flickr