Société

Thilo Sarrazin, en croisade (anachronique) contre les sarrasins

Article publié le 31 août 2010
Article publié le 31 août 2010
Thilo Sarrazin, membre du directoire de la banque fédérale allemande, a présenté lundi 30 août à Berlin son livre détracteur de l'islam, L'Allemagne court à sa perte. Comparé à l'islamophobe néerlandais Geert Wilders pour ses propos acerbes contre l'immigration musulmane, il dit n’admirer que sa chevelure blonde.
Pour les éditorialistes européens, s’il est légitime de critiquer la politique d'intégration allemande, les musulmans ne doivent pas être blessés.

La Stampa – Italie : Sarrazin, la partie visible de l’Iceberg

Le livre détracteur de l'islam, écrit par le membre du SPD Thilo Sarrazin, jette la lumière sur une face sombre de l'Allemagne qui ne doit pas rester sous silence, estime le quotidien libéral La Stampa : « Thilo Sarrazin a désormais rempli sa mission consistant … à briser le silence. … Sarrazin devra probablement payer de son exclusion du parti social-démocrate et probablement de la Bundesbank. Attention toutefois, car si l'on écoute plus attentivement, on peut percevoir des opinions qui vont bien au-delà de celles de Sarrazin. … Les sociologues décrivent une société parallèle avec des quartiers entiers qui vivent leur propre vie, avec des habitants qui ne se marient entre eux, qui ne parlent que leur propre langue, qui ne vont que chez leurs propres médecins, qui ont leurs propres établissements financiers et leurs écoles religieuses, mais qui évitent le contact avec le pays dans lequel ils vivent. Il y a quelque chose dans le modèle d'intégration allemand qui n'a pas fonctionné, et même si Thilo Sarrazin a choisi les pires mots pour le dire, le problème demeure. »

(Article publié le 31.08.2010) 

Kurier – Autriche : Provocation et vanité intellectuelle

Selon Sarrazin, les Allemands mettent leur pays en jeu en laissant faire l'immigration musulmane Critiquer la politique d'intégration allemande est certes légitime, mais cela ne doit pas être fait de manière aussi blessante que le livre du membre du directoire de la banque fédérale Thilo Sarrazin, écrit le quotidien Der Kurier : « La plupart des choses que Sarrazin dit sont connues. Il a rassemblé les faits, les a formulés de manière légèrement outrancière, et tire ses propres conclusions : pour des raisons idéologiques, la politique se ment à elle-même sur les problèmes de l'immigration musulmane - et pas seulement en Allemagne. Elle menace ainsi l'avenir. Même si la plupart des spécialistes lui donnent raison dans l'ensemble quant au constat (mais pas quant à ses conclusions dramatiques), Sarrazin reste un avertisseur peu écouté, et il en existe de plus sérieux sur le plan scientifique. … La tempête médiatique qui a suivi l'habile préimpression du livre de Sarrazin dans le Spiegel et le Bild montre également qu'une discussion franche doit être engagée. Une société ouverte (et pas seulement le SPD, comme l'a considéré son tribunal de parti) doit tenir compte de cette discussion, elle lui est même nécessaire. Mais elle n'a pas besoin d'une provocation blessante, lancée depuis une position très confortable et par vanité intellectuelle. »

(Article publié le 31.08.2010)

Financial Times Deutschland – Allemagne : L’image de la banque fédérale est souillée

Les déclarations islamophobes du membre du directoire de la banque fédérale Thilo Sarrazin nuisent également à l'image de son employeur, estime le journal économique libéral Financial Times Deutschland : « Pour vendre son livre, il a aiguisé encore davantage sa thèse bien connue de l'abêtissement de l'Allemagne et s'est ainsi encore plus rapproché des xénophobes. Si Sarrazin était encore un homme politique fédéral, ceci concernerait les instances du parti. L'opinion publique pourrait se confronter aux thèses, comme elle l'a toujours fait lorsqu'il était ministre des Finances de Berlin. Or depuis mai 2009, Sarrazin n'est plus une figure politique mais un membre du directoire de la banque fédérale, et en tant que tel, il se doit, selon le code éthique interne, 'd'avoir à tout moment un comportement qui maintienne et soutienne la réputation de la banque fédérale et la confiance de l'opinion publique dans la banque fédérale'. Sarrazin a violé cette règle - en connaissance de cause et à plusieurs reprises. »

(Article publié le 31.08.2010) 

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

Photos: Thilo Sarrazin ©Wikipedia; Buchdeckel ©DVA