Société

Super 'Stupid' Tuesday

Article publié le 31 janvier 2008
Article publié le 31 janvier 2008
Les Primaires à l'américaine : un système unique, une curiosité pour les démocraties européennes. Chaotique et anarchique, il est aussi largement critiqué chez lui.

Iowa et New-Hampshire : dans ces deux petits États ruraux, les Primaires, un processus électoral nationale de premier ordre, a été lancé le 8 janvier dernier. Les citoyens ont choisi leurs candidats favoris en vue du suffrage présidentielle. Mick Huckabee et Barack Obama ont respectivement remporté la majorité des votes pour le parti républicain et le parti démocrate dans l'Iowa, Hillary Clinton et John Mc Cain, dans le New-Hampshire.

Pourtant, selon une enquête commandée par The Associated Press et Yahoo News, moins d'un électeur sur cinq était favorable au statut tout particulier donné lors de cette journée à l'Iowa et au New-Hampshire. Une lourde responsabilité, une sur médiatisation qui a amené les Américains à questionner le système même des Primaires.

Une véritable course de vitesse

En effet, le 'timing' de l'élection est assez déterminant pour les États et leurs représentants officiels. Ceux-ci craignent d'arriver en bout de course, après la victoire, même officieuse, des deux candidats déjà sortis du peloton. Pour que leur vote ait vraiment de l'importance, les Etats se sont retrouvés à se concurrencer les uns les autres pour être dans les premiers à passer aux urnes. Ainsi la date du début des Primaires a été avancée à plusieurs reprises, jusqu'au Nouvel An.

Et l'on obtient, de ce fait, une concentration assez absurde, que l'on appelle Super Duper Tuesday , le super super mardi. Mardi prochain, des Primaires et des 'caucus', des réunions d'élus, auront lieu le même jour dans 22 États, dont de très peuplés comme la Californie, l'État de New-York, l'Illinois, la Géorgie et le New-Jersey. Tous réunis, ces États détiennent presque suffisamment de délégués pour décider la nomination présidentielle par eux-mêmes.

Tenir en un seul jour des élections de cet ampleur dans autant d'États relève plutôt du Super Stupid Tuesday ! Et cela pour plusieurs raisons : d'abord, les candidats disposant des moyens financiers les plus importants et de la popularité la plus grande peuvent se permettre de concourir dans tous ces lieux géographiques en même temps. Pas besoin de courir la campagne pour se faire connaître. Au final, cela crée une Primaire virtuelle, basée sur la fortune et dans laquelle les nouveaux venus seront vite éliminés.

Deuxième inconvénient : les États dont les Primaires se tiennent après le 5 février, à savoir le Texas, l'Ohio, la Pennsylvanie, l'Indiana, la Caroline du Nord et la Virginie, peuvent considérer que la nomination est déjà faite, dans les médias et l'opinion publique, avant même qu'ils aient eu la chance de voter ! D'où la volonté de certains d'avancer leur Primaires lors des prochaines élections présidentielles en 2012... contribuant ainsi à accentuer le désordre ambiant !

Quelle équité pour les 50 États ?

De plus en plus de personnes prennent conscience que le système actuel est complètement dépassé. Mettre en place une organisation plus performante permettrait à un plus grand nombre d'États, aux petits, moyens et grands, d'avoir un réel impact dans le processus de nomination présidentielle.

Pour améliorer le système, un plan national devrait organiser les Primaires sur quatre jours maximum. Chaque groupement d'État, choisi en fonction de la densité de population, voterait à un mois d'écart. Les douze plus petits États, ainsi que les territoires fédéraux (comme Porto Rico par exemple) et l'État de Washington voteraient en premier, suivis par les treize autres petits États, puis par les treize États moyens pour finir par les douze plus grands. Ces quatre Primaires commenceraient au mois de mars pour se terminer en juin.

Face à l'anarchie actuelle, ce projet national a de nombreux avantages. Partir des petits États et clore l'élection par les plus grands, permet à chacun de jouer un rôle influent dans la campagne et aux électeurs de disposer d'une voix importante. Les États les plus peuplés voteraient en derniers, mais dans la mesure où ils désigneraient plus de candidats d'un coup, les nominations ne seraient pas définitives avant le dernier jour.

Changement prévu pour 2012

Un plan tel que celui-ci suivrait les recommandations du « Projet pour la disparition de l'électeur », mis en place par la Kennedy school of government de l'université de Harvard. Le processus de nomination devrait « rester compétitif durant une plus longue période de façon à ce que le public ait une plus grande opportunité de s'engager dans la campagne et soit informé sur les candidats ». C'est aussi un élément qui réduit l'écart entre la période des Primaires et les Conventions de nomination durant l'été, afin de soutenir le niveau de l'engagement public.

Enfin, ce projet national préserve les face-à-face politiques à l'échelle locale, dans les petits États, au début de la saison des Primaires. Cela donne une chance aux candidats les moins connus et à ceux ayant moins de moyens de faire la différence. Et ceux qui connaîtraient des défaites dès le début auraient une chance pour se reprendre.

En 2000, le Comité national républicain avait presque adopté ce projet. Cela aurait permis aux Américains de sortir de l'actuel bourbier électoral dès cette année. Les deux partis principaux devraient quand même mettre en place des Primaires coordonnées au niveau national pour 2012.

L'auteur est le directeur du mouvement: 'Un programme de réforme politique pour une Amérique nouvelle' et l'auteur de '10 étapes pour améliorer la démocratie américaine'.

Comparez Obama et Clinton lors de leur meeting public dans l'Iowa et le New Hampshire

Videos: (llamomanu/ obededomj/ Youtube)

Cliquez ici pour débattre sur ce sujet dans un forum de cafebabel.com : Si vous pouviez voter aux élections américaines de 2008, pour qui le feriez-vous ?

Et aussi, dans les blogs de cafebabel.com, le post: 'Barack Obama is not black!!!' à découvrir !