Société

Roms et extrême-droite hongroise : la traque

Article publié le 22 septembre 2011
Article publié le 22 septembre 2011
En Hongrie, la tension entre la communauté Rom et l’extrême droite s’est cristallisée autour d’un village de 2.500 habitants, Gyöngyöspata. Dès mars, des milices paramilitaires ont commencé à venir y défiler. Depuis, Oszkár Juhász, membre du Jobbik, parti d’extrême droite, a été élu maire de la ville.

Lire aussi sur cafebabel.com « Budapest: les “bourgeons citoyens” à la peine contre le Jobbik »

Gyöngyöspata est un village de 2.500 âmes, perdu dans le nord de la Hongrie, à 81 km de Budapest. Encerclé par des vignes et des champs de tournesol, ce hameau semble paisible. Propret, avec des jardins bordés de rosiers et des villageois qui se déplacent à vélo : on se croirait transporté au cœur d’une brochure touristique. Lorsque l’on traverse le seuil de l’Église, l’extase est proche. L’autel a été sculpté de façon à représenter l’arbre généalogique de Jésus. La Vierge Marie surplombe l’installation, elle bénit le visiteur. Un élan mystique risque d’envahir n’importe quel néophyte religieux. Pourtant, tout s’interrompt lorsque l’inoffensive mamie qui s’occupe de la visite lance : « À cause des 500 Roms qui habitent ici, il y a moins de fidèles qu’il ne devrait y en avoir ». À cause de... Quelques mots et tout le charme s’estompe. Retour à la réalité.

Tout est calme dans la bourgade située à 81 km de Budapest.

Provocations des milices fascisantes sur fond d’exclusion sociale

La milice qui a élu domicile à GyöngyöspataLe Véderő ( « Pour un avenir meilleur » en hongrois), une milice paramilitaire fascisante, a élu domicile durant deux semaines, en mars, dans ce charmant patelin pour y installer son camp d’entraînement. Jusqu’à cet été, l’occupation s’est renouvelée à plusieurs reprises. Leur cible préférée? Les Roms. Au moment des faits, János Farkas, le chef de la communauté tsigane, a confié avoir vu : « Des hommes en uniforme et bottes noires, défilant au son de chants militaires dans [le] quartier. » Un fait divers serait à l’origine de ces provocations. En janvier, un retraité hongrois se serait suicidé à la suite de plusieurs vols commis par les Roms du village. Ce fait a relancé l’engrenage des débats autour de la « question rom ». Sur l’ensemble du pays, ils sont estimés entre 450.000 et un million. Pourtant, alors que le taux de chômage global est de 10,8%, il avoisine les 50% lorsque l’on cible cette communauté. Le défaut d’intégration est net. La plupart des Roms ont été sédentarisés sous le communisme et aucune politique efficace n’a été installée lors du passage à l’économie de marché pour faciliter leur assimilation au reste de la société hongroise. À Gyöngyöspata, par exemple, ils logent à la lisière du village. L’endroit est beaucoup moins idyllique que le reste des habitations. Maisons délabrées et chemins en terre battue, voilà à quoi ressemble le quartier tsigane. Ce constat est souvent mêlé à une autre donnée, les statistiques démographiques. D’ici à 2050, plus de 20% de la population pourrait être d’origine Rom en Hongrie. Précarité, exclusion et pression démographique rendent ce sujet aussi explosif qu’un cocktail molotov.

Des liens troubles entre le Jobbik et le Véderő

La « menace » du nombre plane, l’extrême droite l’a compris. Les Roms endossent désormais le rôle de boucs-émissaires. Ainsi, le Jobbik - principal parti d’extrême droite - n’est pas sans lien avec les événements de Gyöngyöspata car le Véderő est une faction issue de la Magyar Gárda, l’ancienne milice armée du parti. L’organisation a été démembrée par la justice en 2009 et ses partisans se sont regroupés dans plusieurs autres mouvances extrémistes. Officiellement, il n’y pas de lien juridique entre le parti et ces milices, pourtant le chef du Véderő, Tamás Eszes, est un ancien cadre de la Magyar Gárda. Malgré tout, le Jobbik se défend de toute implication. Sur son site officiel il y est écrit : « Le Jobbik souhaite rejeter toutes les accusations selon lesquelles les atrocités contre les Gypsies auraient été commises par des membres du parti. »

Un maire Jobbik à la tête du village

Depuis ces événements, des élections municipales anticipées ont été organisées le 17 juillet dans le village. Avec 33% des voix, Oszkár Juhász a été élu sous les couleurs du Jobbik. Face à lui, la candidate soutenue par le Fidesz, le parti au pouvoir tendance droite conservatrice, a obtenu 26%. Le candidat du Véderő n’a reçu que 10%. Sans connaître les détails du taux de participation, en particulier celui concernant la communauté rom, le soutien de la population envers les idées extrémistes ressort de façon claire. Au final, Oszkár Juhász, 36 ans, tente de calmer le jeu. Il a promit de redonner du travail à tous, sans distinction ethnique. Il a affirmé travailler à : « Débarrasser sa commune de l’insécurité et à rétablir la concorde civile entre tous les habitants de Gyöngyöspata, et que tous ceux désireux de s’insérer et de travailler auraient leur chance. » Aujourd’hui, les miliciens sont partis mais les rues du centre sont vides de Roms. Le Jobbik a promis de faire de Gyöngyöspata une ville à la gouvernance exemplaire. L’affaire est à suivre.

Photos : (cc) zatamas/flickr ; Texte : Gyöngyöspata ©Laurène Daycard,Magyar Gárda (cc) Leigh Phillips/flickr ; fra9477/youtube