Société

Retour vers le futur: les métropoles européennes à la pointe ?

Article publié le 4 février 2010
Article publié le 4 février 2010
Le gratte-ciel Burj Khalifa haut de 828 mètres et inauguré à Dubaï début janvier serait-il déjà dépassé ? Aujourd'hui, la question de la ville se joue moins à la verticale qu'à l'horizontale. Avec quatre mots-clés : bonheur, écologie, matière grise et économie. L'exemple de Paris et de Cracovie en Europe.

Branle-bas de combat : sur le terrain, des architectes, des politiciens et des sociologues préparent de grands plans de développement pour les métropoles européennes. C'est le cas par exemple du projet du « Grand Paris » en France. Mais le foisonnement d'idées en la matière ne se limite pas aux frontières de l'Ile de France ou de l'Europe : cette année, l'Exposition universelle aura lieu à Shanghai (on attend 70 millions de visiteurs) avec un seul slogan : « Meilleure ville, vie meilleure ». Partons sur les traces d'une cité plus « amicale ».

Soyons sympas

Antonio Duarte est un architecte urbaniste énergique. Je le rencontre à Montmartre, le quartier bohème et touristique de Paris. Aussi président de l'association Grand Paris, il en connaît un rayon sur le thème de la ville comme miroir de la société. Et porte sous cette casquette un regard critique sur le « concept » voulu pour la capitale française par le gouvernement français et son président, Nicolas Sarkozy. Pour Antonio, l'important est de voir disparaître les ghettos qui renferment les milieux défavorisés et leurs difficultés, tel que le chômage, pris dans une réalité bétonnée. Pour ce faire, point de maquette futuriste : la loi française qu'on appelle SRU (relative à la solidarité et au renouvellement urbain) et qui impose 20 % de logements sociaux par commune, doit être respectée. C'est un premier objectif concret. Mais pour voir venir l'avenir, une des pistes suivies serait celle de « l'indice de bonheur ». Pour une ville moderne et une métropole « douce ».

Dans un laboratoire temporaire, des spécialistes en urbanisme, architecture, écologie et climat, mobilité, philosophie... ont coopéré main dans la main avec des laboratoires de recherche du MIT de l'Université d'Oldenburg et de la TU (« Technische Universität ») de Berlin pour développer la vision d'une métropole de l'ère Post-Kyoto (sous la direction de l'équipe LIN). Paris pionnière en la matière ? C'est en tout cas la volonté de Nicolas Sarkozy qui a commandé dix projets à l'étude. Malgré quelques divergences, les spécialistes s'accordent sur la nécessité d'augmenter la surface habitable et les espaces verts. Vers une ville végétale ?

Ecologie oblige

Expo Wyspianski

La ville du futur sera forcément écolo. Et pour voir les implications concrètes qui se cachent derrière cette affirmation, c'est à Cracovie qu'il faut aller. Jan Machowski est l'attaché de presse de « la Chancellerie du Président de la Ville de Cracovie ». Pour lui, la stratégie implémentée dans l'une des plus anciennes cités polonaises, située au Sud du pays, saura à l'avenir « concurrencer les voitures privées ». L'accent est mis sur les transports publics, des constructions de parkings publics dans le centre-ville et de routes périphériques, des investissements pour le développement d'un tramway rapide... Cerise sur la gâteau : un réseau public de location de vélos existe aussi et 50 terminaux seront disponibles en 2010 pour recharger les voitures électriques.« Actuellement, tous les bus de la communauté urbaine de Cracovie répondent aux normes d’émission de gaz carbonique et le nombre de véhicules au gaz naturel comprimé (VGNC) augmente d’année en année », ajoute le fier communicant. Cracovie cessera-t-elle d'empoisonner la Vistule ? Une station d'épuration écologique est en construction dans l'Est de la ville et devrait être effective en 2014. C'est donc en bonne voie...

Des pôles scientifiques

Le Parc de la biodiversitéMais derrière ces projets coûteux, il y a de la matière grise. Et les concepteurs des villes du futur l'ont bien compris : du point de vue des technologies, les villes se font concurrence et investissent dans l'éducation et la recherche. Le premier pôle scientifique et technologique de France s'est peu à peu formé sur le Plateau de Saclay au Sud de Paris et son essor à l'international fait partie intégrante du projet du Grand Paris. Retour en Pologne : à l'université de Silésie, à Katowice qui est une ville plutôt grise à l'héritage industriel, un centre de l'innovation scientifique et une bibliothèque académique sont en train d'être construits avec pour ambition de devenir l’un des lieux les plus modernes du pays en terme de recherche et d'accessibilité.

Mais rien ne se fait sans l'argent de l'Europe : et le soutien financier de l'UE est devenu essentiel au développement des villes qui regardent au delà de leur frontière. On peut le voir à l'Est du continent où des liens se créent entre Vienne qui renforce sa collaboration avec Bratislava en Slovaquie, vive et cosmopolite, ou avec d'autres villes plus petites comme Brno en République tchèque. Ainsi va l'interpénétration des cultures et le développement économique. Les nouveaux centres géopolitiques ainsi créés rentrent dans la course des villes qui souhaitent avoir une carrure européenne et surtout supranationale.

Crédits photos : benromberg/flickr ; AlphaTangoBravo / Adam Baker / flickr ; smif/flickr ; dalbera/flickr