Société

Racolage électoral

Article publié le 18 juillet 2007
Article publié le 18 juillet 2007
Tania Dervaux, candidate du parti 'Nee' aux élections parlementaires belges, n’a pas hésité à aller au casse-pipe.

Sex is politics. La sémillante Tania Dervaux, représentante du parti politique belge 'NEE' ('Non') a trouvé un bon moyen de faire parler d'elle. Dans sa campagne électorale, la candidate au Sénat promet 40 000 fellations aux Belges qui le désirent. Sur son site, les choses sont encore plus claires : une voix = une pipe. En un clic, le deal est conclu et 400 000 cochons d’internautes auraient déjà craqué.

Pas bégueule, Miss Pipo a d’ores et déjà calculé qu’honorer son vœu pieu lui prendrait 500 jours au rythme de 80 fellations quotidiennes. Une cadence qui laisse songeur. Et d’autant plus déçu lorsqu’on comprend que la gâterie restera virtuelle. En effet, le canular de Dervaux entend « sensibiliser l’opinion » aux promesses pour le moins racoleuses des autres partis belges à l’approche des élections parlementaires du 10 juin prochain. A quand la coalition 'toy boy' ?