Société

Qu’est-ce qu’un Wwoofeur ?

Article publié le 3 août 2009
Article publié le 3 août 2009
Il peut réparer un tracteur en Pologne, faire du fromage de chèvre au Chili, cueillir des choux de Bruxelles en Belgique ou des olives en Espagne, construire un abri en bois et des toilettes sèches en Finlande ou rassembler un troupeau de vache à cheval en Bolivie. Et plein d'autres choses encore.

Il y en a pour tous les goûts même si le profil des volontaires est globalement celui de la Wwoof-attitude. Elle se définit par exemple par un certain intérêt pour l'agriculture biologique et pour des modes de vie alternatifs respectueux de l'environnement. En effet, toutes les fermes du réseau respectent les normes de l'agriculture biologique. Une certaine attirance pour la vie en communauté et pour les rencontres interculturelles peut aider à bien vivre son expérience, bien que les situations soient bien sûr tellement diverses qu'il peut aussi vous arriver d'atterrir dans une cabane au fond d'un jardin, aussi seul qu'un ours au fond de sa tanière ! Quoi de plus ? Ah oui, ne pas avoir peur des fourmis et pouvoir vivre une semaine sans boîte de nuit, bref nourrir une attirance minimale pour la vie rurale est un préalable plutôt nécessaire...

Et le plus important : le goût du travail bénévole puisque les « exploitants » (!) offrent en général le logement et le couvert en échange de quelques heures de travail quotidien mais aucune rémunération n'est de mise. En ce qui concerne la charge de travail, elle est très variable : j'ai eu vent de farniente autour d'un lac au Chili, interrompues épisodiquement par dix minutes de travail comme de lourdes journées de huit heures de désherbage en plein soleil au Nord de l'Argentine.

A chacun sa ferme

Les situations sont très hétérogènes, chacun peut aller lire les descriptifs des annonces sur Internet après s'être au préalable acquitté d'une trentaine de dollars. Certains pays ont dressé une liste nationale sur laquelle figurent les fermes qui participent au projet, les autres se sont regroupés sur une liste indépendante. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le site en anglais : Wwoof, cet acronyme signifie « willing worker on organic farms », c'est à dire travailleur bénévole dans des fermes biologiques. Le terme travailleur pouvant poser problème relatifs à la législation de certains pays, il est d’ailleurs quelques fois remplacé par « world wide opportunities on organic farms » (bénévolat dans des fermes biologiques du monde entier)

En tous cas, tentez l'aventure, vous reviendrez bronzés, polyglottes, musclés, peut-être écœurés de la vie rurale et pressés de louer un appart' dans la capitale ou fins prêts à monter votre propre ferme biologique pour l'ouvrir aux Wwoofeurs !