Société

Prague fume et fait de la résistance

Article publié le 7 février 2008
Article publié le 7 février 2008
Les Allemands fuient leur loi anti-tabac dans les bars tchèques. A Prague, d'irréductibles Européens continuent de fumer dans les lieux publics. Mais l'interdiction gagne du terrain...

Qui n'a pas été séduit, en allant à Prague, par ces bars obscures où la bière est servie avant même qu'on ait eu le temps de s'asseoir ? Ces lieux baignent généralement dans une atmosphère enfumée car n'en déplaise aux opposants au tabac de Bruxelles et du reste de l'Europe, ici la cigarette accompagne encore la bière. Si la Bohême, cette région de la République Tchèque, reste l'eldorado des fumeurs, combien de temps cela va-t-il encore durer ? Un nouvel assaut vient d'être lancé au Parlement de Prague en faveur de l'interdiction de fumer dans les bars.

Si jamais la proposition de la Commission de santé est adoptée, cela aura certes des conséquences pour les fumeurs tchèques. Mais cela concernera aussi les fumeurs allemands qui affluent ces derniers temps. Ils sont particulièrement nombreux à venir de Bavière où l'interdiction totale de fumer est entrée en vigueur le 1er janvier 2008. Les Allemands viennent donc cloper librement dans les restaurants tchèques, où rien ne les en empêche. D'après les serveurs, une fois sur deux, les Allemands demandent à l'entrée s'il est encore autorisé de fumer. Les patrons de café se frottent les mains car les clients qui viennent de l'étranger contribuent largement au chiffre d'affaires. Si l'interdiction de fumer entrait en vigueur, ils se pourvoiraient sans doute collectivement devant le conseil constitutionnel pour dénoncer le manque à gagner.

Fumer sa blonde dans le froid

Les élus pro-santé pragois sont sur le pied de guerre depuis longtemps pour bannir définitivement le tabac de tous les repaires fumeurs. Jusqu'ici ils ont échoué à chaque fois aussi sûrement que lamentablement. Il faut dire qu'ils ne sont pas aidés : le Parti démocratique civique (ODS), majoritaire au gouvernement considère que l'interdiction de fumer serait une atteinte inadmissible aux libertés individuelles. Actuellement le choix relève du propriétaire de l'établissement : s'il met un cendrier sur la table, c'est qu'on peut fumer. Heureux les bars qui ont une arrière-salle, ils peuvent se permettre un espace non-fumeur, reconnaissable d'un coup d'oeil à l'absence de cendrier.

Ce n'est pas que les fumeurs tchèques fassent particulièrement preuve de mauvaise volonté. Ne pas pouvoir fumer le midi serait sans doute bien accepté, mais ils ne sont pas prêts à se priver de la clope qui accompagne la bière après le travail, ce dont nul ne leur tient rigueur. Les tchèques prouvent une fois de plus qu'ils sont un peuple tolérant. Certes une majorité d'entre eux seraient favorables à l'interdiction de fumer dans les restaurants. Mais les protestations des non-fumeurs envers les fumeurs restent assez timides. Il n'en va pas de même sur le lieu de travail. La plupart des bureaux étant non-fumeurs, les cendriers sur pied devant la porte provoquent de petits attroupements enfumés. Seuls les employeurs les plus sévères interdisent complètement la cigarette pendant la journée de travail, mais ils sont rares.

Dans les stations de bus et de tram

L'interdiction de fumer dans les lieux publics actuellement en vigueur est très mal respectée, comme on peut l'observer aux stations de bus et de tramway. Dès qu'une menace de contravention pointe son nez sous la forme d'un agent de police, les cigarettes disparaissent sous les talons des fumeurs. Mais à peine a-t-elle dépassée le coin de la rue que les cigarettes et les briquets ressortent. Sans parler des fumeurs les plus avertis qui en grille une juste à la limite du périmètre de la station. La définition de ce périmètre a d'ailleurs fait l'objet d'un débat aussi vif qu'amusant lorsque cette interdiction est entrée en vigueur.

Personne ne doute vraiment que l'interdiction de fumer sera tôt ou tard généralisée à l'ensemble des lieux accueillant du public, à condition de ne pas aller trop vite en besogne. Si le Parlement devait finalement se décider à instaurer cette mesure, il faudrait autant que possible qu'elle fasse écho à un mouvement venu d'en bas. C'est la garantie de faire tomber les résistances, telles que celles que l'on observe actuellement aux arrêts de bus et tram. Il s'agit des Tchèques tout de même ! Pas le genre de gens à respecter des mesures imposées par le haut.

Interdiction de fumer dans les bars et les restaurants : cliquez sur l'icône pour connaître le choix de nos voisins européens L'auteur est membre du réseaun-ost

Photo de Une: Nitot/flickr