Société

Poule mouillée!

Article publié le 15 février 2010
Article publié le 15 février 2010
Quand la géopolitique est un jeu de l’oie, ne prenez pas votre voisin pour une bécasse. Petits tours des expressions à base de poulets en Europe.

Depuis 1997, l’embargo européen sur la volaille américaine (une histoire de chlore) embête nos cousins états-uniens. 2010 arrive et avec la nouvelle année, une très mauvaise nouvelle : leur plus gros client, la Russie, décide d’appliquer elle aussi cette mesure. Plongés dans une belle pagaille, les Américains ne savent plus où donner de la tête : ils se mettent à courir « like headless chickens » comme des « poulets sans têtes », ou encore de véritables « tarentules poignardées » (de l’allemand « gestochene Tarantel »). A leur place, les Espagnols sueraient, non pas comme des porcs comme le dirait un Français, mais comme… des poulets ! (« sudar como un pollo »). « Da lachen ja die Hühner », caquettent les Allemands : « Même les poulets riraient ! »

L’expression « poule mouillée politique » est largement populaire dans les médias internationaux : un article récent du Financial Times demandait d’ailleurs à ses lecteurs d’imaginer l’affaire de la Grèce endettée comme un « big game of chicken », un « grand jeu de poules mouillées » européen. C’est assez pour vous donnez la « chair de poule » (en espagnol « poner la piel de gallina », en anglais « goosebumps », des « bosses d’oie »), mais qui sera la « poule mouillée » ? En anglais, c’est le poulet, « chicken », le dégonflé, et non pas la poule comme en espagnol « gallina ». La seule poule en Pologne est une femme au foyer (« kura domowa » pour « poule de maison »). Et en France, elle porte l’uniforme puisque les « poulets » désignent bel et bien les officiers de police.

Mais notre insulte à base de volaille préférée nous vient des polis Polonais. Car le poulet y est cuisiné à toutes les sauces quand il s’agit d’insultes : « evenkurczę » (« poule mouillée »), « kurza twarz » (« tête de poulet »), « kurczę blade » (« pale poulet ») ou « kurczę pieczone » (« poulet rôti »)… En voilà une belle portion de diplomatie au poulet, dont les voisins post soviétiques de la Pologne pourraient se servir.