Société

Pologne : les 30 000 invisibles

Article publié le 5 septembre 2006
Article publié le 5 septembre 2006
Des milliers de Vietnamiens, victimes de répressions politiques dans leur pays, doivent quitter l’Asie et tenter leur chance à l’étranger. Et ceux qui choisissent comme destination d’accueil la Pologne tombent parfois de haut.

Nombre d’intellectuels, d’écrivains ou d’historiens d'origine vietnamienne vivent désormais en vendant des shampoings ou des gadgets sur un bout de trottoir du 'Stadion Dziesiciolecia', un ancien stade olympique de Varsovie reconverti en l’un des plus grands marchés noirs d’Europe.

Ton Van Anh, 28 ans, vit depuis quelques années en Pologne. Travailleuse sociale, elle collabore avec l’Association pour la démocratie au Vietnam en aidant nombre de ses compatriotes exilés à trouver un travail ou se débrouiller avec la vie quotidienne. Elle estime que la communauté vietnamienne sur le territoire polonais compte près de 30 000 membres. Une majorité est installée légalement, mais certains, acculés à la fuite par un régime autoritaire, se sont condamnés à une existence de sans papiers, sans assistance médicale, ni droits civils.

Ton Van Anh est arrivée en Pologne avec toute sa famille il y a 14 ans. Si son grand-père était un communiste déclaré, son père s’est très vite détaché de l’idéologie marxiste en affichant clairement son opposition au système. Considéré par les autorités vietnamiennes comme un opposant à la nation, il ne lui restait qu’une solution : quitter le pays avec toute sa famille. Après maintes tergiversations, il obtient un visa pour la Pologne, le pays de Solidarno et du Pape Jean-Paul II. « Cette Pologne était un pays de conte de fée, un pays où tout nous semblait à portée de mains et où vivent les princesses », se souvient Van Anh avec un léger sourire aux lèvres.

A l’époque, les autorités de Hanoi considéraient la Pologne des années 80, en pleine phase de libération du joug communiste, comme le mouton noir des élèves soviétiques. Tous les citoyens vietnamiens qui évoquaient la patrie de Solidarno risquaient immédiatement de se voir suspectés d’activité révolutionnaire.

Tran Ngoc Than, actuel président de l’Association pour la démocratie au Vietnam et rédacteur en chef du magazine Dan Chim Viet, confirme cette atmosphère de suspicion. « J’étais à l’époque correspondant d’un quotidien national à Varsovie. Après avoir couvert un mouvement de grève ouvrière dans une usine en Pologne, le gouvernement m’a interdit le retour au pays et j’ai été déclaré ‘ennemi de la nation’ ».

Than, depuis naturalisé polonais, n’hésite pas à multiplier les anecdotes illustrant la dureté du régime de Hanoi. Il y a quatre ans, il décide de rentrer du Vietnam où il vient de passer quelques jours avec à sa famille. Malgré son visa, les fonctionnaires de la police locale l’interpellent et l’arrêtent. Motif : trafic de drogues. « C’est l’ambassade de Pologne qui a finalement fait jouer ses réseaux pour me tirer de ce mauvais pas. L’ami qui m’accompagnait –un prêtre opposant au régime- a eu moins de chance : il n’a pas réussi à quitter l’aéroport d’Hanoi, poignardé par des 'inconnus’. »

Selon l’Association pour la démocratie en Vietnam, « le nombre de prisonniers politiques au Vietnam augmente tout comme les peines lourdes de prison pour des délits comme la traduction en vietnamien d’articles provenant du site web de l’ambassade des Etats-Unis. En outre, le pays occuperait la première place au classement des régions pratiquant un trafic de femmes et d’enfants. Ces actions se déroulent le plus souvent avec la tolérance du régime. » En effet, ce sont souvent les fonctionnaires du régime vietnamien qui sont à la tête de cette « mafia » exploitant la pauvreté des habitants.

La terre promise ?

Dans un pays aussi corrompu que le Vietnam, tout se négocie. Robert Krzyszto, chercheur à l’Institut de sciences sociales Paderewski, connaît bien les conditions du voyages vers l’exil. « Un candidat au départ peut se voir demander à peu près 3000 dollars, alors qu’un Vietnamien gagne en moyenne entre 10 et 20 dollars. Le voyage dure en général plusieurs mois, voire un an. Les futurs réfugiés sont victimes de rafles. Les femmes notamment constituent une ‘marchandise’ très recherchée car utilisées par des proxénètes comme esclaves sexuelles ou objet privé, elles sont susceptibles de rapporter jusqu’à 6 000 euros par an. »

Les trafiquants n’hésitent en outre pas à recourir à la technologie moderne : en mars 2006, 3 jeunes Vietnamiens sont mis aux enchères sur le site de eBay. Prix de départ : 5500 dollars. « Autre réalité épouvantable, » souligne Krzyszto « celle qui concerne les ‘frigos vivants’. Ces personnes sont envoyés en avion vers leur destination en ignorant que leur mission est de transporter leurs organes dans un état intact à destination de l’Allemagne ou de la France. Sur place, ils sont exécutés par les trafiquants qui récupèrent et vendent leurs cœurs ou reins. »

Une fois arrivés en Pologne, les Vietnamiens exilés ne sont pas pour autant au bout de leurs peines. Tout étranger qui passe la frontière illégalement est considéré comme un clandestin par les autorités. Et selon la théorie du droit du sang en vigueur en Pologne, les enfants des immigrés illégaux, même ceux nés sur place, ne peuvent pas acquérir la nationalité polonaise.

Quant aux démarches pour acquérir le statut de réfugié, elles sont longues et compliquées. « La plupart des Vietnamiens refusent de lancer une procédure car ils seraient alors considérés comme des ‘ennemis de la patrie’ par le gouvernement vietnamien, une distinction susceptible d’engendrer des menaces ou des mesures répressives à l’égard de leurs familles. C’est pourquoi,» pointe Krzyszto, « la majorité des Vietnamiens préfèrent rester clandestins, devenant ainsi la cible idéale de chantages en tous genres. »

Backchich et contrôleurs

Pas d’autre alternative possible que celle de travailler au noir. « La location d’un bout du trottoir au stade Dziesiciolecia pour vendre babioles ou marchandises volées coûte à peu près 5000 zloty par mois [près de 1200 euros], sans compter le nécessaire tribut pour acheter le silence de la police. Nombre de policiers malhonnêtes n’hésitent d’ailleurs pas à ajuster leurs tarifs aux dépens des réfugiés. Sans argent, ni réseau, nombre d’entre eux partagent à plusieurs de si petits appartements qu’ils doivent décaler leur temps de sommeil s’ils veulent avoir une chance de fermer l’œil.»

Dans les transports en communs, c’est le même problème : aucun clandestin ne peut se sentir en sécurité dans un bus à Varsovie. Les contrôleurs confisquent souvent les billets des voyageurs vietnamiens, avec un sourire ironique en leur disant : « Et alors ? On appelle la police ? » Pour acheter leur silence, le backchich est de rigueur. « Le pot-de-vin coûte souvent plus que l’amende pour voyager sans ticket », explique Robert Krzyszto.

« En général, les normes morales ont peu d’effet sur la police. Si au lieu des pots-de-vin, elle arrêtait les gens, – comme elle le devrait–, il y aurait un plus grand problème, » souligne encore Krzyszto. « De la même manière, les médecin sont censés dénoncer à la police les patient sans papiers. En pratique, cette situation n’a jamais lieu. »

Le portable de Van Anh sonne une nouvelle fois. La personne au bout du fil pouvait être n’importe quel Vietnamien en détresse : une femme en train d’accoucher ou quelqu’un arrêté par la police. Chaque jour à nos côtés vivent une dizaine de milliers de gens qui restent pour nous invisibles. Il est temps d’ouvrir les yeux.