Société

Pavlos Georgiadis : des olives au noyau dur écolo

Article publié le 9 décembre 2015
Article publié le 9 décembre 2015

Pavlos Gergiadis est ethnobiologiste, membre de Climate Tracker, auteur de livres sur l'alimentation, producteur d'olives et entrepreneur social. Il est également le fondateur de Calypso et de We Deliver Taste, et le producteur du premier documentaire « Farming on Crisis?» . Mais où est le noyau dans tout ça ?

Une semaine après la récolte annuelle des olives dans son village de Makri, près d'Alexandroupoli en Grèce, nous retrouvons Pavlos Georgiadis au Place to B, un espace de rencontre alternative sur le climat à Paris. Il est là en tant qu'observateur des négociations de la COP21. Comme il l'explique lui même :  « Notre objectif est double : d'une part, nous voulons montrer que nous sommes là, engagés dans les négociations, et d'autre part, nous voulons communiquer au monde entier, d'une manière simple, ce qui se passe pendant la COP21 », nous raconte-t-il.

Pavlos est diplômé en biologie de l'Université d'Édimbourg et a obtenu un Master en biodiversité et taxonomie des plantes au Jardin Botanique Royal d'Édimbourg. Il est ensuite parti à l'Université de Hohenheim de Stuttgart pour faire un deuxième Master en protection de l'environnement et production alimentaire, en plus d'un doctorat en communication rurale.

Il affirme que ses choix sont une conséquence directe de son lien avec la nature. « Mes parents possèdent une des plus vieilles oliveraies de la Méditerranée. Le contact avec la nature a toujours été présent dans ma vie, c'est une relation qui fait partie de moi, de la personne que je suis », déclare-t-il.

Pavlos a travaillé en tant que chercheur dans de nombreux pays d'Europe et d'Asie, avant de rentrer en Grèce en 2011, alors que son pays traversait une dure crise financière. Cette situation ne l'a cependant jamais empêché d'atteindre ses objectifs, il s'est au contraire activement impliqué dans des affaires sociales. Il se montre malgré tout déçu par la contribution de la Grèce dans les négociations : « Dans mon pays, nous sommes socialement vulnérables. Notre participation n'est donc pas la plus appropriée. Le changement climatique ne fait malheureusement pas partie de notre dialogue, l'activisme n'existe pas et je ne suis pas surpris de voir que nous sommes réellement absents des négociations. »

Bien qu'au départ les gens en Grèce avaient peur de ce changement, Pavalos a pris conscience qu'agir était la seule solution possible et c'est pour cela qu'il s'est converti lui-même au changement. « Quand j'étais dans notre oliveraie, j'ai réfléchi au fait que l'agroécologie et l'agriculture regénérative représentaient une grande part de la réduction du CO2 dans l'atmosphère. En fin de compte, c'est là l'objectif des négociations. Notre travail d'activistes et de producteurs est d'essayer de trouver plus d'espace qui pourrait être destiné à ce type d'agriculture. C'est comme cela que nous réussirons l'adaptation. En tant que membre de Climate Trackers, j'espère pouvoir utiliser mes connaissances pour qu'un changement se produise et pour qu'on atteigne la justice climatique. »

Pavlos espère que Paris deviendra un événement qui marque l'apparition d'une conscience climatique au monde entier, Grèce incluse. « Notre génération a l'occasion de se reconnecter à la Terre. Parce que si nous continuons comme nous avons fait jusqu'à maintenant, nous aurons besoin de trois planètes, et nous devons assumer le fait que nous n'en avons qu'une. L'union de la société civile et des actions individuelles sont probablement la seule solution possibles aux problèmes actuels. »

À la fin de notre interview, Pavlos lance un appel pour que chacun, chez soi, dans sa ville, dans son quartier, dans son pays, trouve une manière de réfléchir à des solutions simples qui nous amèneront au redressement économique, mais aussi humanitaire. La question du changement climatique a passé les frontières, c'est une mission partagée par l'humanité entière. « Usons de nos privilèges liés à notre évolution, de notre pouvoir de partager, de celui d'écouter. Apprenons les uns des autres et tout commencera à s'améliorer. »

_

_

Cet article fait partie d'un projet intitulé #21faces qui propose de faire le portrait de 21 jeunes écolos innovants à travers l'Europe pendant la COP21, la grande conférence mondiale sur le climat organisée à Paris.