Société

Nokia, suicides et meurtres : la Finlande est-elle vraiment au top ?

Article publié le 24 août 2010
Article publié le 24 août 2010
Bonne nouvelle pour les Finlandais ! Le magazine américain Newsweek a placé la Finlande en haut de son classement des « meilleurs pays du monde ». Faut-il s'en réjouir ? Une étudiante finlandaise en sciences sociales, âgée de 27 ans, nous livre un panorama cru et parfois dur de son pays d'origine, même si les points positifs surpassent les critiques. Témoignage.

J’étais surprise d’apprendre que la Finlande soit élu « meilleur pays du monde » par le magazine Newsweek. Bon, dans le top 10, à la rigueur, mais numéro 1. Surtout quand les Etats Unis (11) et Israel (22) sont à ce niveau ! Je ne pense pas que ces pays méritent un score si élevé, ce qui ne me donne guère confiance sur la véracité de cette étude. Newsweek a établi un classement de la qualité de vie de 100 nations sur des critères de gestion de la santé, d’éducation, de qualité de vie, de compétitivité économique et d’environnement politique.

Une société isolée

Au sud, le soleil ne se lève que pour 6 heures. Tristesse !Nous avons beaucoup de problème sociaux. Isolés au nord de l'Europe, nous ne sommes pas habitués à voir différentes ethnies et origines au sein de notre société : notre expérience historique multiculturelle est assez récente et limitée. Nous avons beaucoup de préjugés voire de sentiments racistes envers les immigrés. Il est d’autant plus difficile pour les étrangers d’obtenir un emploi ; en décembre 2009, les citoyens étrangers les plus nombreux étaient les Russes, suivis de près par les Estoniens, les Suédois puis les Thaïlandais. Les immigrés dotés de diplômes d’infirmières, de médecins, d'ingénieurs ou de professeurs terminent souvent comme personnels de nettoyage ou restent au chômage.

Alcoolisme et suicide sont-ils des preuves de bien-être ?

Puis viennent les problèmes de logement et de criminalité (en 2009, le taux de meurtre était de 2.1 meurtres pour 100.000 personnes, soit le plus élevé de l’Europe de l’Ouest à égalité avec le Portugal et l’Ecosse selon le Daily Telegraph). Le niveau de violence , particulièrement élevé envers les femmes (40% d'entre elles auraient subit des agressions en 2008, selon le quotidien The Guardian). Critère surement lié à l’alcoolisme, qui a été la première cause de mortalité en 2006 et qui représente un coût non négligeable à la société. Si on ajoute à tout cela le coût élevé de soins psychiatriques – le taux de suicide étant alarmant (un des plus élevés d'Europe, bien que des campagnes actives pour y remédier ont fait baisser le nombre de suicides depuis 1990), je ne dirais personnellement pas que la Finlande soit le numéro 1 en terme de bien-être !

C'était la première cause de mortalité en 2006La Finlande est divisée géographiquement. La partie rurale est bien sûr différente de la partie urbaine. Souvent, les problèmes sociaux sont concentrés dans les petits villages de l’est et du nord. Les petits villages, souvent constitués de retraités, sont désertés par les plus jeunes qui sont partis vers les grandes villes et leurs zones d’emplois. Les hivers sont longs et froids, les nuits noires et longues. De quoi affecter les gens à la fois mentalement et physiquement. Beaucoup souffrent de désordres affectifs saisonniers et dépriment quand il n'y a pas de lumière. Je suis souvent atteinte de grippe et de fièvre à cette époque ; le climat est une des raisons qui me donne envie de quitter le pays.

Les merveilles du système social

En Finlande, les « pour » restent plus nombreux que les « contre ». Notre tradition sociale-démocrate nous a procuré un service public de premier ordre. Couverture maladie, sécurité sociale, allocations chômage, aides aux étudiants, aides au logement, aux familles les plus pauvres etc. Le plus important restant l’éducation gratuite des lycées et des universités, qui permet un équilibre des chances pour tous. Je viens d’une famille mono-parentale assez pauvre et je n’aurais jamais de quoi poursuivre mes études si l'université avait eu des frais d'inscription élevés. Nous avons de bonnes écoles et de bonnes universités publiques. La Finlande est reconnue comme un pays hi-tech peuplée de travailleurs efficaces et bien formés, en particulier dans des domaines comme les télécommunications avec Nokia.

Fiers d'être Finlandais ?

Pas de quoi donner froid aux yeux aux Finlandais !Après la proclamation de la Finlande comme « meilleur pays du monde », notre ministre des Affaires étrangères a déclaré que nous devrions à présent être fiers d’être Finlandais. Je ne suis pas sur de trouver les mots appropriés pour décrire mes sensations. Je pense être privilégiée, même si mes origines sont humbles. Mais j’ai bien peur que le classement du Newsweek soit un brin manichéen et finisse par simplifier la réalité. Je ne suis pas outrée, loin de là, de voir mon pays sur la plus haute marche du podium, mais la Finlande n'est pas encore le pays des merveilles.

Photos : Une : ©Kettukusu/Flickr; L'homme au canon : ©Sunset Chaser/Flickr; Bouteilles : jvuokko/Flickr