Société

L'Europe s'attaque à la désinformation russe

Article publié le 24 mars 2015
Article publié le 24 mars 2015

Les relations avec la Russie et la situation en Ukraine figuraient une fois de plus parmi les points à l’ordre du jour du sommet européen des 19 et 20 mars. Les leaders européens ont trouvé deux accords : la poursuite des sanctions jusqu’à la mise en œuvre intégrale des accords de Minsk et l’élaboration d’un plan d’action contre les campagnes de désinformation de la Russie.

Ce jeudi 19 mars, les chefs d'État et de gouvernement européens avaient rendez-vous à Bruxelles pour un nouveau Conseil. Au cours de la soirée, les discussions ont porté sur les relations extérieures, et plus particulièrement sur les questions liées à la Russie et à l'Ukraine

Les chefs d’État et de gouvernement ont décidé de poursuivre les sanctions vis-à-vis de la Russie jusqu’au respect total des accords de Minsk. L'application complète de ce pacte n’étant envisagée que pour le 31 décembre 2015, de nouvelles décisions devraient être prises dans les mois à venir en fonction de l'évolution de la situation. Les accords de Minsk II, signés le 12 février dernier par François Hollande, Angela Merkel, Vladimir Poutine et Petro Porochenko, visent à mettre un terme à la guerre qui fait rage en Ukraine depuis plus d’un an. Présentées comme une « lueur d’espoir » lors du dernier Conseil européen, ces mesures constituent pourtant un compromis de paix fragile : si un échange de prisonniers et un début de retrait des armes lourdes ont bel et bien eu lieu, les combats font toujours rage dans certains territoires.

L’Union européenne a également annoncé vouloir lutter contre les campagnes de désinformation menées par les médias russes autour du conflit ukrainien. Federica Mogherini, Haute Représentante de l’Union pour les affaires étrangères, a été chargée de préparer un « plan d’action sur la communication stratégique » d’ici le mois de juin. La première étape de ce mécanisme « anti-propagande » sera la mise en place d’une équipe de communication basée à Bruxelles. Celle-ci suivra de près le discours médiatique russe et informera les États membres de tout prosélytisme.

Retrouvez tous les articles consacrés au sommet du 19 et 20 mars dans notre rubrique Conseil européen.