Société

L’ère Berlusconi et la politique des « show girls »

Article publié le 16 septembre 2009
Article publié le 16 septembre 2009
Depuis plusieurs mois, l’Italie se passionne pour le « Papigate », les scandales sexuels de son premier ministre. Sur le petit écran et dans les couloirs de certains ministères, les femmes sont réduites à leur sensualité. Et le « deuxième sexe » a du mal à se rebeller.

« Si tu baisses ta culotte, tu fais monter l’audimat »

Même lorsqu’il se trouve au bord du précipice – dans lequel il ne tombe jamais, sondages à l’appui – Silvio Berlusconi ne peut s’empêcher de voir les femmes, qu’elles soient belles-de-nuit ou ministres, comme des proies. « Je n’ai jamais payé une femme. Je ne vois pas où est l’intérêt s’il n’y a pas le plaisir de la conquête », se défend-il devant la presse, en réponse aux propos de Patrizia D’Addario. Cette show girl a récemment annoncé avoir passé une nuit avec le chef de l’Etat italien alors même que Barack Obama se faisait élire Président des Etats-Unis. Il y a quelques semaines, en pleine torpeur estivale, Berlusconi a enfoncé le clou : « Les journaux disent sans cesse que je déteste les femmes. S’il y a une chose que j’aime, ce sont bien les femmes, même les ministres. » Personne n’en doutait. Mais les prouesses de Berlusconi – à répétition et tout juste bonnes à entretenir les potins des caniveaux – peuvent nous permettre de mieux comprendre un pays de plus en plus las et déraisonnable, où l’impossible est devenu chose commune.

« Vidéocratie » et culte du corps

Le « Papigate » [du surnom donné à Berlusconi par une mineure, « papi », signifiant « papounet », ndt] dépasse très largement le folklore berlusconien, c’est une véritable révolution anthropologique et culturelle, comme l’expliquent les documentaires d’Erik Gandini, auteur de Videocracy, et du duo Lorella Zanardo et Marco Malfi Chindemi, réalisateurs de Il Corpo delle donne (« le corps des femmes »). Ces corps de femmes qui font justement les choux gras des médias italiens. Partout, les mêmes formes : aguicheuses, reluisantes, exhibées et soignées à l’extrême. On les adule et on les ridiculise. Qui ne rit pas passe pour frustré aux yeux de la société. Pour le quotidien de centre droit Libero, l’ex-femme de Berlusconi est une « ‘veline’ ingrate » [les « velines » sont les pom-pom girls modernes de la télévision italienne, ndt], montée à la tribune publique pour accuser haut et fort son ministre de mari.

Entre médias et politique, la frontière est mince. Il était une fois l’Italie de Nilde Lotti et Tina Merlin [Nilde Iotti fut membre du Parti communiste et la toute première femme à devenir Présidente de la Chambre des députés. Tina Merlin était journaliste, écrivaine et membre de la Résistance pendant la guerre, ndt]. L’Italie d’aujourd’hui fait la part belle à des catégories socioprofessionnelles inconnues des autres pays. « Veline », « meteorine », « letterine » et « letteronze » : autant de termes désignant ces « bimbos » de la petite lucarne à qui l’on décerne aujourd’hui le statut d’icône populaire et qui s’invitent même en politique, après relooking, avec le succès qu’on leur connaît.

Des bimbos au Parlement européen

Le cas le plus connu est celui de la ministre de l’égalité des chances, Mara Carfagna. Ancienne modèle pour les calendriers dénudés de Max, elle aime désormais rappeler l’importance de la trinité « Dieu, patrie, famille » et fait l’éloge de « Rome, berceau de la chrétienté ». Le parcours de la jeune députée européenne Barbara Matera est tout aussi anticonformiste aux yeux de Bruxelles : née en 1981, elle a été actrice de série B, présentatrice sur la RAI et finaliste régionale de Miss Italie. Son CV publié sur le site du Parlement est tristement vide, tout comme les pages au sujet de son activité politique. La seule certitude est qu’à 28 ans, la belle députée est sur le point d’obtenir son diplôme : « En 2009, ses derniers examens universitaires en poche, elle accepte de se présenter au Parlement européen sur les listes du Peuple de la Liberté (PdL) région Sud. Elle soutiendra sa thèse sur la Réforme du collège en Italie. »

(massimilianoscarabeo/flickr)

Et c’est sans parler de Francesca Pascale, ancienne présentatrice de l’émission Telecafone (« Télé-incorrecte ») rendue célèbre par sa phrase désormais culte : « Si tu baisses ta culotte, tu fais monter l’audimat ». Elle est également l’instigatrice du comité « Silvio, tu nous manques », en soutien au Cavaliere lorsqu’il était dans l’opposition. Elle travaille aujourd’hui comme conseillère municipale à Naples pour le PdL et auprès des relations presse du ministère pour le Patrimoine culturel.

« Ne pas se laisser faire »

Il y aurait de quoi se révolter. Et pourtant, dans tout ce capharnaüm, où sont donc passées les femmes ? Et les féministes ? Beaucoup se sont posées ces questions, à commencer par les premières concernées. Après le J’accuse lancé dans les pages du quotidien L’Unità par la politologue Nadia Urbinati (« Il faut repartir de zéro. De l’essentiel. Lancer un appel, par exemple. Certaines femmes s’y préparent : lancer un appel n’est pas un moyen désuet d’agir. C’est tout nouveau. Nous ne devons pas nous laisser faire. Nous devons recommencer ici ») et les interventions d’écrivaines, d’actrices et d’enseignantes universitaires (la dernière en date est celle de Chiara Volpato dans le New York Times du 26 août), le débat semble relancé. Mais pas renouvelé : fait d’appels et de contre-appels, de notes et de quelques conférences. Voilà tout.

« Certaines femmes s’y préparent : lancer un appel n’est pas un moyen désuet d’agir. Nous ne devons pas nous laisser faire »

Les groupes féministes sont pourtant nombreux et très actifs en Italie, mais ils ne parviennent pas à se faire entendre. Ou, quand ils y arrivent, ne font pas l’unanimité au sein des nouvelles générations. Il leur manque non seulement des lieux de rassemblement – à l’exception de la Maison internationale des femmes, à Rome – mais également une nouvelle approche de la politique. Une approche plus structurée, qui s’appuierait moins sur les témoignages et plus sur la mobilisation et le recrutement de nouveaux membres, en utilisant des moyens traditionnels et d’autres plus modernes, comme les réseaux sociaux. Pour paraphraser Kissinger, on est en droit de se demander « qui dois-je appeler pour parler avec le mouvement des femmes ? »