Société

Lampedusa : le mutisme de l'UE pénalise l'Italie

Article publié le 15 février 2011
Article publié le 15 février 2011
L'UE a récusé les reproches de l'Italie, selon lesquels elle n'aiderait pas le pays à gérer l'afflux de plus de 5.000 réfugiés tunisiens sur l'île de Lampedusa. Pourtant, l'Union ne soutient souvent pas assez les pays d'accueil du Sud, déplore la presse européenne, qui rappelle l'urgence d'une politique européenne commune en matière d'immigration.

Der Standard – Autriche : Le placebo de la politique de voisinage

L'UE doit se montrer solidaire avec les pays d'accueil du sud, demande le quotidien de centre-gauche Der Standard, après l'arrivée de milliers de réfugiés tunisiens sur l'île méditerranéenne de Lampedusa : « Les flux de réfugiés dans la Méditerranée en provenance de Tunisie montrent bien que le besoin de liberté ne se limite pas au pays en lui-même, mais se tourne aussi vers l'Europe. Comme l'Espagne et la Grèce, Rome se plaint depuis des années, et à juste titre, que les autres pays européens laissent les Italiens se débrouiller seuls avec le problème des réfugiés. Répartir cette charge en Europe est plus urgent que jamais. Car jusqu'à aujourd'hui, les Etats du sud de l'Europe, de par une situation géographique à laquelle ils ne peuvent rien, sont bien plus touchés que les autres. Il s'agit d'un cas de solidarité européen. Savoir ce que l'on proposera à ces pays est une affaire de plus en plus pressante. La politique de voisinage menée actuellement en Europe ou l'Union pour la Méditerranée ont été conçues comme un placebo, pour remplacer une adhésion - tout en sachant pertinemment que ces Etats ne remplissent pas les critères d'adhésion déterminants. »

(Article publié le 15.02.2011)

Après 5 jours d'arrivées massives, l'Organisation internationale sur les migrations a annoncé qu'elles avaient stoppé aujourd'hui

 La Stampa – Italie : Contrôle européen, accueil national

La chancelière allemande Angela Merkel a refusé d'accueillir en Allemagne les réfugiés tunisiens arrivés sur l'île italienne de Lampedusa. Cela montre une fois de plus l'absence de politique commune de l'UE en matière d'immigration, déplore le quotidien libéral La Stampa : « Il existe en théorie une politique européenne pour l'immigration. De même qu'il existe l'agence Frontex, dont la tâche est de coordonner des missions communes des Etats nationaux pour contrôler les frontières extérieures de l'UE. Mais les mécanismes de décision européens sont lents. Ce que l'on qualifie de politique commune n'est en vérité rien de plus qu'un squelette de principes généraux sur lesquels les différents Etats doivent s'orienter. … La priorité des Etats sur les institutions communautaires n'est pas seulement caractéristique de la politique étrangère et de la sécurité intérieure. Ces dernières années, le Conseil européen (l'instance qui représente les Etats) et le Parlement de Strasbourg ont gagné en influence, tandis que la Commission européenne n'a cessé de s'affaiblir. »

(Article publié le 15.02.2011)

Bild – Allemagne : Aider aujourd’hui pour ne pas payer demain

Après l'afflux massif de réfugiés tunisiens sur l'île italienne de Lampedusa, le journal à sensation Bild demande à l'Occident de soutenir financièrement les Etats du Maghreb : « Les despotes renversés actuellement seront certainement suivis par d'autres à l'avenir, et cela confère une certaine responsabilité au monde occidental. Nous devons aider les réfugiés. Ce n'est pas seulement un devoir humanitaire ! Il s'agit aussi de préserver la stabilité dans ces régions du monde. Il est clair que l'aide apportée nous coûtera de l'argent. Mais ce que nous refusons d'accorder aujourd'hui, nous le payerons au centuple lorsque les problèmes arriveront un jour chez nous. Le monde est devenu trop petit pour que l'on puisse rester dans son petit chez-soi et détourner le regard des événements extérieurs. »

(Article publié le 15.02.2011) 

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

 Photos: (cc)noborder network/flickr; Lampedusa (cc)google maps; Vidéo (cc)euronews